Déconfinement et mobilité : "Il faut donner les moyens et l'envie aux nouveaux cyclistes de le rester"

Le vélo semble faire partie des grands gagnants de la crise sanitaire. A l'heure du déconfinement, son succès se confirme vue la pénurie de pièces détachées et la baisse de l'utilisation des transports publics. Quel impact durable pour l'usage et la place du deux-roues dans la circulation à l'avenir? Florine Cuignet, chargée de politique bruxelloise au GRACQ et David Weytsman, député bruxellois MR, en ont débattu ce jeudi sur le plateau de CQFD.

Un tournant à péréniser... 

Florine Cuignet espére que le tournant qu'a représenté cette crise pour l'usage du vélo puisse s'inscrire dans la durée: "tout dépend de ce qu'on en fera. Le confinement a été l'occasion pour beaucoup de gens de redécouvrir le plaisir du vélo, dans des rues vidées de leur trafic automobile. L'enjeu est maintenant de pouvoir maintenir les gens en scelle en les sécurisant suffisamment".

"On dit souvent qu'un déménagement ou un changement d'emploi est l'occasion de repenser sa mobilité, là c'était à une échelle beaucoup plus considérable malheureusement, mais c'est surement le côté positif: amener les gens à s'interroger sur la mobilité et l'impact qu'ils peuvent avoir. Je crois que beaucoup de gens ont envie de poursuivre à vélo, il faut leur donner les moyens et l'envie de pouvoir continuer", défend la chargée de politique bruxelloise au GRACQ.

...Et des aménagements à améliorer

Les aménagements réalisés durant le confinement (notamment 40 kilomètres de pistes cyclables complémentaires à Bruxelles) devraient être "maintenus et même améliorés", poursuit Florine Cuignet. Le député libéral David Weytsman estime lui que ces aménagements n'ont pas tous été bien étudiés, pointant un risque d'effet contre-productif de certaines pistes cyclables sur la congestion automobile:

Le MR a proposé une stratégie de mobilité post-confinement ("Fluid Brussels"), rappelle David Weytsman, qui estime que "la transition vers une mobilité plus douce ne doit pas s'imposer mais s'accompagner". "Il y a des personnes âgées, des PMR, des travailleurs, des familles, qui ne pourront pas devenir demain des cyclistes. Certaines dispositions sont de nature à opposer les modes", regrette le député bruxellois.

Florine Cuignet insiste elle sur la nécessité d'un "réseau complet, continu et cohérent [...] Si on crée des infrastructures cyclables qui correspondent aux besoins des cyclistes, ils vont les emprunter. L'objectif, c'est de sortir les gens de leur voiture - s'ils en ont la possibilité - pour les mettre sur un vélo". Au risque de favoriser les embouteillages? "Ce qu'on défend, c'est une place de la voiture qui soit plus concentrée sur des axes adaptés et pas sur toutes les voiries de quartier. On est aussi conscient que plus les gens circuleront à vélo, moins il y aura de voitures et plus la circulation sera aisée", répond Florine Cuignet. 

CQFD, Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h45 sur La Trois. L’entièreté de l’émission ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK