"Il faut condamner plus vite tout discours de haine sexiste"

"Il faut condamner plus vite tout discours de haine sexiste"
3 images
"Il faut condamner plus vite tout discours de haine sexiste" - © Prof.lumacorno

L'Institut pour l'Égalité des Femmes et des Hommes appelle à renforcer le cadre légal afin de contrer les discours de haine sexistes. Un reportage de la chaîne flamande VRT sur le mouvement très conservateur de droite "Schild & Vrienden" diffusé mercredi a révélé certaines attitudes racistes, sexistes et antisémites au sein du mouvement.

L'incitation à la haine, à la violence, à la discrimination et à la ségrégation sur base du genre est en principe un fait punissable, mais quand des opinions punissables sont diffusées via des moyens de communication digitaux, il est question de délit de presse. C'est la Cour d'assises qui se penche sur les délits de presse, elle doit réunir un jury d'assises avec pour résultat que ce type d'abus n'est pas jugé prioritaire ou opportun. Dans les faits, les incitations à la haine sexistes ne sont presque jamais poursuivis.

"Le message qui passe est que le racisme est un problème plus important que le sexisme", dit l'Institut pour l'égalité des hommes et des femmes dans un communiqué. Car pour les incitations à la haine racistes, cela fonctionne différemment. Depuis le changement de la Constitution en 1999, elles sont poursuivies devant le tribunal correctionnel. Cela va donc plus vite et cela se produit plus souvent.

C'est pourquoi l'Institut appelle le législateur à modifier la Constitution pour que les opinons sexistes et transphobes puissent également être réprimés. "C'est important pour créer une société démocratique et égalitaire", conclut l'Institut pour l'égalité des hommes et des femmes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK