"Il est plus facile aujourd'hui de défendre la cause des animaux que celle des migrants"

Le Code wallon du Bien-être animal a été voté au Parlement wallon. Il modifie les règles qui concernent la vie de votre compagnon domestique, mais aussi de tout animal sur le territoire wallon, puisque désormais il faut avoir un permis que l'on obtient automatiquement, mais qu’on peut vous retirer à un certain moment. 

Pour Catherine Ernens, qui s'exprimait dans la séquence "Le Parti Pris", sur Matin première, "après l’enfant-roi, on est en train d’entrer dans une nouvelle ère qui est celle de l’animal-roi. On est dans un changement de paradigme. L’animal de cirque devient la figuration d’un passé honteux, les photos de petits chats ont quasiment plus de succès que celles des enfants sur les réseaux sociaux, on est dans cette société-là".

Mais pour Alain Gerlache, même si certains s’étonnent qu’on veuille promouvoir les droits des animaux quand on voit la souffrance humaine, "Il n’y a pas de contradiction entre la prise de conscience du bien-être animal et la promotion des droits de l’homme. C’est une évolution qui va de pair dans les sociétés démocratiques les plus avancées. L’un n’est pas la contradiction de l’autre et on voit que justement les sociétés qui se préoccupent des deux sont celles où il y a le plus grand souffle humaniste".

Et de souligner "qu’une fois n’est pas coutume, on parle de la Wallonie... par exemple dans les médias français, on cite positivement ce Code des droits des animaux comme un exemple. La dernière fois qu’on a parlé positivement de la Wallonie dans les médias français, c’était à propos du CETA"


"Ce qui est frappant, c’est l’unanimisme autour de ce Code qui a été voté au Parlement wallon, faisait remarquer Catherine Ernens. Il n’y a personne qui ose contester une telle chose. Et ça, je pense que c’est frappant aussi: c’est plus facile de défendre aujourd’hui la cause des animaux que celle évidemment des migrants, clairement". 
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK