Il avait jeté son fils par la fenêtre du premier étage à Grâce-Hollogne: peine de probation pour gérer sa violence

Il avait jeté son fils par la fenêtre du premier étage à Grâce-Hollogne: peine de probation pour gérer sa violence
Il avait jeté son fils par la fenêtre du premier étage à Grâce-Hollogne: peine de probation pour gérer sa violence - © Tous droits réservés

Un couple d'habitants de Grâce-Hollogne a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Liège à des peines de "probation autonome" pour des faits de maltraitance commis sur leur enfant âgé de 5 ans. Le père de cet enfant lui avait porté des coups et l'avait lancé à travers une fenêtre depuis le premier étage. La mère s'était abstenue de venir en aide à son fils.

Les deux prévenus, un homme âgé de 22 ans et une dame âgée de 27 ans, étaient en couple depuis trois ans au moment des faits. Le prévenu était devenu le père légal de l'enfant né d'un premier lit et âgé de 5 ans au moment des faits.

Commotion cérébrale

C'est à la naissance de leur enfant commun que le père avait montré une attitude de rejet à l'égard du fils qu'il avait reconnu. Des faits de coups avaient été dénoncés lorsque l'enfant s'était présenté en état de commotion cérébrale dans son école. L'hôpital dans lequel il avait été envoyé avait été alerté par l'attitude non protectrice des parents à l'égard de leur enfant.

L'enfant avait expliqué que son père lui avait frappé la tête sur une table. Il avait aussi révélé que son père l'avait lancé à travers une fenêtre depuis le premier étage de leur habitation. Cet enfant avait été récupéré par des voisins alors qu'il était blessé à la jambe.

Le tribunal a décidé de condamner le père pour ces faits à une peine de probation autonome de 2 ans (ou 12 mois de prison en cas d'inexécution) dont le but est de le former à la gestion de sa violence. La mère a été condamnée à une peine de probation autonome d'une durée de 18 mois (ou 6 mois en cas d'inexécution).

A l'issue du prononcé de son jugement, le juge a mis en garde les prévenus sur les conséquences d'une récidive et les a incités à se comporter comme des parents protecteurs envers leur enfant.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK