Il a perdu deux oreilles mais gagné en éclat, l'Agneau des Van Eyck retrouve son mysticisme

Il a perdu deux oreilles mais gagné en éclat, l'Agneau des Van Eyck retrouve son mysticisme
Il a perdu deux oreilles mais gagné en éclat, l'Agneau des Van Eyck retrouve son mysticisme - © Tous droits réservés

C'est un travail au scalpel et au microscope qui aura duré trois longues années. "L'Agneau mystique", un des joyaux de l'art flamand, a retrouvé son éclat d'antan, débarrassé des vernis et des surpeints accumulés au fil des siècles.

Le saviez-vous ? Le tableau des frères Van Eyck, achevé en 1432, a fait l'objet d'une première restauration au cours du 16ème siècle. Des surpeints, ces couches  supplémentaires censées protéger la peinture, sont venus recouvrir l'œuvre originelle, non sans la changer quelque peu d'apparence… L'agneau au centre de l'œuvre a alors été affublé d'une paire d'oreilles supplémentaire, ses traits, revus et corrigés, lui donnaient davantage l'apparence d'un mouton, quant à son regard, il avait une fâcheuse tendance à loucher.

Épaulée par 12 autres restaurateurs, Marie Postec confie que le seul dégagement des surpeints de la tête de l'agneau a réclamé deux semaines de travail, millimètre par millimètre. Une précision qui a rendu à l'animal son authenticité. Derrière lui, le ciel est à présent plus transparent, à l'image des couleurs résolument plus franches qui rendent au retable des frères Van Eyck sa splendeur d'antan. Effectuée au musée des Beaux-Arts de Gand (nord) depuis trois ans, cette rénovation s'est faite avec en tête le souci permanent de préserver la peinture.

Les panneaux restaurés retourneront fin janvier à la Cathédrale Saint-Bavon de Gand où ils seront exposés dans une cage de verre. Sécurité oblige, la date exacte du transfert est gardée secrète, préoccupation légitime puisque l'un des panneaux du retable, celui des "Juges intègres", volé par un sacristain en 1934, n'a jamais été retrouvé. L'une des nombreuses mésaventures de l'œuvre, confisquée sous Hitler et mise à l'abri dans une mine de sel autrichienne avant que les Américains ne la récupèrent.

"L'Agneau mystique" n'en a d'ailleurs pas complètement fini avec son relifting. Après la restauration des panneaux extérieures, menée entre 2012 et 2016, celle de la partie inférieure du panneau central qui vient de s'achever, reste la partie supérieure, là-même où sont représentés le Christ-Roi entre la Vierge et Jean le Baptiste. Cette dernière étape commencera début 2021. Elle sera précédée par une grande exposition Jan Van Eyck du 1er février au 30 avril 2020 au musée des Beaux-Arts de Gand, point d'orgue de l'année Van Eyck avec l'ouverture d'un centre de visiteurs à la cathédrale.

En attendant, quelques images de cet agneau à la mysticité retrouvée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK