Hypertension: un danger mortel trop souvent insoupçonné

Hypertension: un danger mortel trop souvent insoupçonné
Hypertension: un danger mortel trop souvent insoupçonné - © ANTHONY DEHEZ - BELGA

L’hypertension tue plus de 30.000 personnes chaque année en Belgique. La maladie est pourtant bien connue mais seule une petite partie des malades savent qu’ils sont touchés. Une étude menée par des chercheurs belges dans 12 pays montre que ces décès sont dus en grande partie à un manque de mesure de la tension artérielle. Les patients ne mesurent pas ou mesurent mal leur tension. Le meilleur moyen de combattre ce mal serait de multiplier le MAPA, une mesure de la tension durant 24 heures d’affilée. Or ce n’est pas remboursé en Belgique.

Beaucoup de patients en Belgique ne sont pas assez conscients de leur état réel et surtout ne prennent pas régulièrement leur tension, explique le docteur Philippe Delmotte, spécialiste de l’hypertension au CHU Ambrois Paré à Mons : "On ne sait détecter une hypertension artérielle qu’en mesurant la pression artérielle. Le problème, c’est que les patients ne vont pas nécessairement aller chez leur médecin pour ça, et tout le monde ne possède pas nécessairement d’appareil d’auto-mesure à la maison."

Un traitement pas remboursé

Et pour ce praticien, la seule mesure fiable c’est le MAPA, la mesure ambulatoire de pression artérielle : "l’enregistrement de 24 heures de la pression artérielle, qui est réalisé avec un appareil portatif tout à fait discret, permet d’obtenir plus de cinquante mesures sur l’ensemble des 24 heures, qui donnent des informations très importantes."

Or jusqu’ici, la Sécurité sociale ne rembourse pas ces examens qui sont souvent pris en charge par les hôpitaux. Et pourtant cela permettrait de faire de sérieuses économies, selon le docteur Delmotte : "si on fait justement le calcul purement financier du nombre de cas qu’on permettrait de détecter et du nombre de patients qu’on éviterait de traiter inutilement, il y a là une économie à réaliser sur les soins de santé !" Et surtout, 15.000 vies pourraient être sauvées grâce au MAPA.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK