Horeca bruxellois: "au moins 4000 personnes vont déjà se retrouver sans emploi"

Depuis ce matin et pour un mois à Bruxelles, bars et cafés sont fermés. Alors que la crise sanitaire a déjà fait beaucoup de dégâts dans le secteur, de nouvelles aides et un "plan fédéral Horeca 2021" ont été annoncés. Entre enjeux sanitaires et économiques... On fait le point sur le plateau de CQFD avec Philippe Close, bourgmestre de la ville de Bruxelles et Fabian Hermans, administrateur de la Fédération Horeca Bruxelles.

Un mesure dure, injuste mais nécessaire

"On est perdu", avance Fabian Hermans en précisant: "il n'y a pas que les bars et cafés qui ferment, les traiteurs aussi, puisque les salles de fête sont fermées donc pas de mariages ni d'évènements privés, beaucoup de personnes vont se retrouver à l'arrêt, ça devient de plus en plus difficile". 

Philippe Close parle de "mesure dure, injuste mais nécessaire": "le plus simple, c'est de tout fermer, mais ce n'est pas ce qu'on veut, et c'est vrai qu'on a fait une distinction entre les restaurants et les bars, qui est une distinction basée sur le fait qu'on pense que les protocoles peuvent être mieux respectés dans les restaurants, ça n'est pas vrai partout évidemment et c'est pour ça que c'est injuste, mais nécessaire, vus les chiffres à Bruxelles". 

Un protocole d'hygiène dans l'Horeca parmi les plus strictes

La mesure est d'autant plus mal vécue qu'il n'est pas formellement établi que les bars sont une source principale de contaminations du coronavirus. "On a un protocole d'hygiène dans l'Horeca parmi les plus strictes des services", commente Fabian Hermans, "dans notre secteur on se lave les mains des dizaines de fois par jour". 

"Notre priorité absolue est de garder les écoles ouvertes", rappelle le bourgmestre de la ville de Bruxelles, "et là on tient, pour l'instant. Nous, nous devons prendre des décisions, l'injustice ressentie est normale, et aujourd'hui, les pouvoirs publics doivent trouver des solutions, notamment avec le droit passerelle et des primes diverses. Mais c'est terrible parce que beaucoup de gens nous disent: nous on ne veut pas de vos primes, on veut travailler!".

Une nouvelle prime de 2000€

4000 personnes sur le carreau

Alors quelles aides pour soutenir le secteur aujourd'hui? La Ville de Bruxelles a annoncé, en complément des aides régionales qui vont être renouvelées, une prime de 2000€ par bar, café mais aussi boîte de nuit (fermées elles depuis le confinement). La Régie et le CPAS vont exonérer pour au moins un mois les locataires qui doivent fermer, et appelent les propriétaires privés à faire de même... Enfin, à l'issue d'une rencontre avec les trois fédérations du secteur, le ministre fédéral de tutelle David Clarinval a annoncé un "Plan fédéral Horeca 2021". 

Philipe Close rappelle deux numéros d'aide pour Bruxelles: le 0800 20 035 pour les tenanciers et le 0800 35 237 pour le personnel Horeca. "L'Horeca est le premier employeur de la région, il ne faut pas l'oublier. Ce sont 30 000 emplois et on sait aujourd'hui qu'environ 10% seront perdus, soient 3000 à 4000 personnes. Il faut absolument soutenir ce secteur", conclut l'administrateur de la Fédération Horeca Bruxelles.

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat à revoir ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK