Horaires décalés et mieux manger: les marchés de quartier sont en plein essor à Bruxelles

40% des Bruxellois vont toutes les semaines au marché
40% des Bruxellois vont toutes les semaines au marché - © Tous droits réservés

Le nombre de marchés a pratiquement triplé en 50 ans et cet essor ne semble pas faiblir. Pas moins de 15 nouveaux marchés ont été lancés ces dernières années. On en compte désormais 66 en Région bruxelloise, chiffre mis en évidence dans une étude menée par l’Agence régionale du commerce, Atrium, et par une équipe de l’ULB.

Les circuits courts

Qu’est-ce qui explique cet essor des marchés dans la capitale ? Il y a plusieurs éléments. Notamment le fait que les heures d’ouverture des marchés se sont globalement déplacées pour mieux correspondre aux besoins et aux attentes des consommateurs. Par exemple, de la journée vers la soirée ou de la semaine vers le week-end.

Autre élément, selon Jonathan Dehas, porte-parole d’Atrium, c’est le succès grandissant du mieux manger, du mieux consommer, les circuits courts et le bio.

Sur le marché, on rencontre généralement le producteur, ou en tout cas on discute avec le commerçant et on peut s’assurer d’une certaine traçabilité du produit. On peut également vérifier les circuits courts et la qualité de ce qu’on consomme en goûtant les denrées. 

Il semble bien qu’un autre élément joue un rôle dans le retour en grâce des marchés: la convivialité. William en est en tout cas persuadé, lui qui vend ses fruits et légumes bio depuis 34 ans.

"Les gens recherchent de plus en plus les contacts humains. Peut-être qu’Internet et autres portables nous écartent plein de choses et sur les marchés on vous salue, on vous dit bonjour, on vous reconnaît et je pense que c’est ça que les gens recherchent", explique-t-il.

40% des Bruxellois vont toutes les semaines au marché

Huit Bruxellois sur 10 vont au marché au moins une fois par mois. Certains y vont toutes les semaines, c’est le cas de 40% des Bruxellois. Et la tendance est similaire en Wallonie.

Selon Léonard Monami, président de la Fédération nationale des commerçants ambulants, les marchés traditionnels sont en perte de vitesse, les marchés généralistes où vous trouvez du textile, de la chaussure, des poissonniers, des bouchers et bien sûr d’autres commerçants.

En revanche, dit-il, on voit apparaître de plus en plus de marchés spécialisés dans les produits du terroir avec des producteurs de fruits et légumes locaux, de fromages, des confitures artisanales, des produits bio. On est dans la logique des circuits courts et ça, ça marche très fort en Wallonie depuis 4-5 ans.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir