Historique: Caterpillar était présent depuis 51 ans à Gosselies

Le groupe américain Caterpillar s'implante en Belgique, sur le site de Gosselies, dès 1965. Les autorités se félicitent alors de l'arrivée de ce géant industriel dans la région de Charleroi. C'est une bouffée d'oxygène pour l'emploi alors que les charbonnages ferment les uns après les autres.

Les premières chargeuses sur pneus sont sorties des ateliers de Caterpillar Belgium en 1967, les premiers moteurs diesel l'année suivante. En 1967, on construisait 40 machines par mois à Gosselies. Puis, l'usine a connu une véritable expansion et une diversification intense de ses produits. Dès 1972, un bâtiment d'assemblage de huit hectares venait s'ajouter à la première surface. L'année suivante, les premières pelles hydrauliques sortaient des ateliers.Une étape importante aura été, en 2000, l'introduction du premier moteur électrique.

Des hauts et des bas

L'usine de Gosselies va rester longtemps la deuxième plus grande filiale du groupe. 97% de ce qui y est produit est exporté vers l'international. Mais la vente de engins de chantier dépend beaucoup du contexte économique. L'usine va connaitre des périodes de fortes activités et puis, de chômage économiques.

Lors de la crise financière et économique de 2008 , le groupe américain annonce vouloir supprimer 20 000 emplois dans le monde. A Gosselies, 16 jours de chômage économique sont observés en novembre. La direction doit faire face à une chute du nombre de commandes et réduit, au premier trimestre 2009, près de 75% son volume de production. Une série de mesures sont prises pour alléger les coûts. En outre, un accord est trouvé entre la direction et le personnel pour instaurer, à l'ensemble des employés, des mesures de crédit-temps de crise.

150 millions pour sauver l'usine

En 2011, la direction de Caterpillar décide finalement de moderniser l'usine de Gosselies. Un plan d'investissement de 150 millions d'euros est mis en place. Il doit s'étaler jusqu'en 2015 et pérenniser le site. La région wallonne y croit. Le personnel de l'entreprise est soulagé.

L'année suivante, Caterpillar enregistre plus de 4 milliards de bénéfice mais la concurrence est impitoyable entre les différentes usines du groupe. La main-d'œuvre asiatique fait qu'il est actuellement plus rentable d'importer des engins de manutention plutôt que de les produire en Europe.

Alors en 2013, premier coup de massue. 1400 emplois sont supprimés sur le site Gosselies. Selon la direction, il faut réduire les coûts et accroître la vélocité de l'usine pour la rendre incontournable en Europe. Un plan industriel est présenté au Conseil d'entreprise.

Deux nouvelles lignes d'assemblage seront ensuite installées d'afin augmenter la productivité. Le groupe confie également au site de Gosselies la fabrication de nouveaux modèles pour l'Europe. Un signe qu'on croyait positif pour l'usine. Mais l'espoir sera de courte durée...

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK