Histoire belge: Devos-Lemmens - A table!

RTBF
RTBF - © RTBF

Je ne vais pas seulement vous parler de mayonnaise. Mais plus précisément d'un certain Monsieur Devos qui a rencontré une demoiselle Lemmens. Ils se sont mariés, ils ont fait quelques beaux enfants mais aussi (et surtout!) des millions de petits pots de mayonnaise. Puisque, vous l'aurez compris, Mr et Mme Devos-Lemmens sont les pionniers de la mayonnaise industrielle. Et c'est donc une histoire bien belge!

Au départ, ce sont des gens très très modestes - emblématiques de toute une époque, d'ailleurs. Henri Devos est fils de paysans. Il naît en 1854, près de Tirlemont. Sa maman était une enfant trouvée. Lui-même aura neuf frères et surs. Et cette génération-là se dit que, pour réussir, il faut partir. L'aîné des Devos décide d'aller tenter sa chance à Charleroi, il devient boulanger. Et Henri, lui, part pour Bruxelles où il se fait embaucher comme apprenti-boucher.

C'est là qu'il rencontre sa femme. Elle s'appelle donc Maria-Catharina Lemmens et elle a le même parcours que son mari. Elle est née dans le Limbourg. Son papa était cordonnier. C'est la petite dernière d'une famille nombreuse. Sa maman décède lorsqu'elle est gamine. Et quand elle a seize ans, son père l'envoie travailler à Bruxelles comme demoiselle d'épicerie. Ils vont se marier, en 1880. Et très vite, ils décident d'ouvrir leur propre boucherie. Monsieur dans l'atelier, Madame dans la boutique. C'est très classique. Et la mayonnaise dans tout ça? Les bouchers, à côté de la viande, ils vendent aussi des préparations. Déjà à l'époque. Et l'une des spécialités de la boucherie Devos-Lemmens, c'est le pickles. La recette vient tout droit d'Angleterre mais Maria-Catharina n'aime pas le côté doux, le côté un peu sucré du pickles anglais. Alors, elle rajoute une bonne dose de vinaigre et cette préparation a son petit succès. A tel point que Henri, son mari, se dit qu'il essayerait bien de la vendre au-delà de la clientèle habituelle de la boucherie. Et pour cela, il fonde une conserverie. On est en 1886 - si vous regardez bien, la date est toujours indiquée sur les produits de la marque. Et ce qui est assez remarquable, c'est que Henri Devos associe son épouse au projet.Vous allez me dire que c'est normal! Mais, à l'époque, ça ne se fait pas: les femmes ne sont pas impliquées dans les affaires. Or, ici, l'entreprise porte le nom de Monsieur et de Madame  Devos-Lemmens.

Au départ, ils font préparent des cornichons au vinaigre, des petits oignons au vinaigre.Et il faudra attendre l'après-guerre, le début des années 20, pour qu'ils lancent ce qui va devenir le produit-phare de la marque: la mayonnaise. C'est vraiment grâce à eux que cette sauce s'est popularisée. On faisait déjà de la mayonnaise dans les familles, bien sûr, mais pas tant que ça. Parce que, pour faire de la mayonnaise, il faut des ufs. Et dans les années 10, dans les années 20, dans beaucoup de familles, quand on a des ufs, on les mange! On en fait un repas, on n'en fait pas une sauce! Et donc, assez paradoxalement, la mayonnaise va sembler plus accessible à des tas de gens à partir du moment où elle devient industrielle.

Henri Devos est mort en 1932. Son épouse était décédée une dizaine d'années plus tôt. Les fils vont reprendre l'entreprise mais aujourd'hui, l'entreprise familiale fait partie d'une grosse multinationale.

Le nom de ce couple de pionniers résonne toujours à l'oreille des Belges. On consomme chacun deux litres de mayonnaise par an. Et je ne vous parle pas de tartare ou d'andalouse Rien que de la mayonnaise!


Christine Masuy

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK