Heure d'hiver ou heure d'été? La décision des Européens pourrait prendre plus de temps que prévu

Moins de 48 heures après être passés à l’heure d’hiver, un passage parfois présenté comme le dernier changement d’heure, les citoyens européens doivent s’attendre à ce que le délai officiellement annoncé par la Commission européenne ne soit pas respecté. C’est ce qui ressort d’une réunion informelle des ministres européens des Transports ce lundi en Autriche. L’Autrichien Norbert Hofer, dont le pays assure pour l’instant la présidence tournante de l’UE, a notamment expliqué que la mise en œuvre d’une telle décision dès 2019 serait "prématurée".

"Le changement d’heure doit être aboli"

A l’occasion de son discours sur l’état de l’Union prononcé dans l’hémicycle du Parlement européen à Strasbourg en septembre dernier, Jean-Claude Juncker s’était pourtant montré assez ferme : "Nous affirmons tous — le plus souvent dans de beaux discours — que nous voulons être plus ambitieux sur les grands enjeux et plus modestes sur ceux de moindre importance " avait expliqué le président de la Commission européenne.

"Pourtant, les Européens n’applaudiront pas si nous continuons à devoir changer d’heure deux fois par an à cause d’une réglementation européenne. La Commission propose aujourd’hui de changer cela. Le changement d’heure doit être aboli. Les États membres, conformément au principe de subsidiarité, doivent décider eux-mêmes si leurs citoyens doivent vivre à l’heure d’été ou à l’heure d’hiver. J’espère que le Parlement et le Conseil auront la même perception et trouveront des solutions compatibles avec notre marché intérieur. Le temps presse".

Dans la directive proposée par la Commission, il est prévu que chaque État membre devra, au plus tard en avril 2019, notifier de façon permanente l'heure d'été ou d'hiver. Le dernier changement obligatoire aurait donc lieu le 31 mars 2019 pour l'heure d'été, le 27 octobre 2019 pour ceux qui choisissent l'heure d'hiver.

Mais entre ce que propose la Commission et la concrétisation, il y a la réalité de 28 membres pas forcément sur la même longueur d'ondes, même sur ce thème du changement d'heure. Plusieurs pays ont donc déjà fait savoir que ce timing imaginé au rond-point Schuman ne pourrait pas être respecté. Au Danemark par exemple, où les autorités prévoient un débat public complet sur la question, on ne cache pas que la promesse de supprimer les changements d’heure l’année prochaine n’est pas réaliste.

Peut-être en 2021 ?

C’est en tout cas ce que semble suggérer l’Autriche, qui, à défaut d’octobre 2019, évoque désormais 2021, en laissant entendre que cette proposition serait "largement appuyée".  De quoi permettre à ceux qui ne seront plus que 27 d’avancer sur ce dossier en réalité beaucoup plus sensible et compliqué qu’il n’y paraît.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK