Heure d'hiver: les Turcs ne reculeront pas leurs montres cette année

Le passage à l'heure d'hiver arrive. La nuit du 29 au 30 octobre, à 3 heures, il faudra reculer les montres d'une heure. En résumé, une joie pour les dormeurs en Europe qui pourront profiter de leurs matelas une heure de plus. Mais une joie à laquelle les turcs n'auront pas la chance de goûter.

En effet, pour la première fois le pays a choisi de rester toute l’année à l’heure d’été. Un décret adopté par le Conseil des ministres début septembre, qui pourrait procurer certains avantages économiques à la Turquie, mais qui risque également de poser quelques problèmes.

Profiter des heures d'ensoleillement

Le décret mentionne que la mesure permettra aux Turcs de profiter davantage des heures d’ensoleillement. Les ministres ont pour leur part surtout évoqué la fin de la "confusion" due au changement d’heure. De leur côté, des économistes ont fait le calcul: en restant à l’heure d’été le pays devrait économiser 500 millions de killowatts-heure, soit l’équivalent de la moitié de la production annuelle d’électricité d’un barrage hydroélectrique de taille moyenne.

Economie d’énergie donc, mais certains experts évoquent au contraire, des conséquences négatives, notamment par rapport à l’Europe : 65 % du commerce extérieur de la Turquie se fait avec les pays de l’Union européenne. Le pays sera désormais la moitié de l’année à deux heures de différence de Bruxelles ou Paris, à trois heures de Londres. Un chroniqueur turc écrivait, il y a peu, que la Turquie s’est éloignée de l’Europe à tous les niveaux cette année, et même au niveau symbolique du temps.

Des conséquences pour les amateurs de foot

Autre conséquence, moins dramatique, le fait que les matchs européens seront désormais présentés très tard en Turquie. Et au vu de la réaction épidermique des milieux sportifs dès l’annonce de cette mesure, la décision risque d'irriter les amateurs de football en Turquie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK