Heure d'été: a-t-on avancé nos montres dimanche pour la dernière fois?

Dans la nuit de samedi à dimanche, la Belgique est passée à l'heure d'été tout comme le reste de l'Union européenne. À 2h, il était donc déjà 3h. Une heure de sommeil "perdue" pour gagner en clarté le soir.

Une heure de clarté supplémentaire censée nous faire économiser de l'energie. Mais ce gain est remis en cause par des études récentes: non seulement, les lampes new tech sont de moins en moins consommatrices d'électricité, mais les bénéfices en éclairage seraient ruinés par des surconsommations de chauffage le matin et de climatisation le soir.

C'est pourquoi ce changement d'heure de plus en plus contesté chez nous, car il entraîne également des effets négatifs sur la santé des êtres humains. "Le changement d'heure n'est essentiellement pas bon pour l'organisme et surtout pas bon pour les personnes qui ont une horloge biologique rigidifiée", explique Roland Pec, somnologue au Centre européen de psychologie médicale PsyPuriel à Bruxelles. "D'une part, nous sommes tous privés de sommeil de manière générale et d'autre part, notre horloge interne a tendance à retarder. Avec l'heure d'été, chacun doit déjà faire un effort pour avancer cette horloge biologique et perd en plus une heure de sommeil. Certaines personnes resynchronisent leur horloge interne très facilement et d'autres ont plus de mal à s'en remettre, notamment les personnes âgées". 

C'est en partant de ces analyses qu'un groupe de députés européens a tenté de faire voter un texte en faveur de la suppression de l'heure d'été, réglées par une directive, qui fixe depuis 2001 une date et une heure harmonisées pour le début et la fin de la période de l'heure d'été, pour l'ensemble de l'Union.

Ils n'ont cependant pas pu trouver une majorité sur base des études existantes mais ont réussi à faire passer un texte qui demande à la commission de "lancer une évaluation complète" du système actuel et, si nécessaire, de "présenter une proposition pour la réviser".

Bref, on n'y est pas encore, car, selon l'ACHED (Association contre l'Heure d'été double) "il y a une certaine force d'inertie, de l'orgueil, car l'heure d'été est liée à la fameuse formule française 'on n'a pas de pétrole mais on a des idées", et l'attachement d'une certaine élite à ces soirées plus longues en été; dont eux peuvent profiter, mais pas les travailleurs en semaine, ni les enfants". Mais les opinions publiques sont clairement en train de basculer, comme le démontrent tous les récents sondages (dont celui mené par la RTBF au moment du passage à l'heure d'hiver).

Reste à voir quelle heure serait adoptée en cas de suppression: celle d'été étant en décalage de deux heures par rapport à Greenwich et l'heure "naturelle" ou solaire, le bon sens plaiderait pour garder l'heure d'hiver toute l'année...

Le passage à l'heure d'été expliqué avec Bill Murray dans "Un Jour sans fin"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK