Hécatombe parmi les mésanges: la faute au traitement contre la pyrale du buis?

Une nichée décimée par les pesticides à Burdinne
3 images
Une nichée décimée par les pesticides à Burdinne - © Nicolas Deville

2019, une année catastrophique pour les mésanges? C'est ce qu'affirme le site web sosmezen.be, cité par la VRT. Un total de plus de 4.500 poussins de mésanges morts a été signalé à cette association ornithologique flamande.

Entre le 15 mars et le 15 juin, les citoyens pouvaient signaler les oisillons morts et des mésanges bleues. La plupart des signalements provenaient de la province de Flandre orientale. Près de 1 400 mésanges mortes y ont été comptées. 

Viennent ensuite la province d'Anvers (983) et la Flandre occidentale (916). Les cadavres des oiseaux sont en train d'être rassemblés pour déterminer s'ils sont morts de pesticides. Le résultat ne sera connu qu'en septembre, mais certains émettent l'hypothèse d'un traitement trop radical contre la pyrale du buis, cette larve de papillon de nuit, qui a fait des ravages dans les buissons ces derniers mois.

La pyrale du buis est de retour dans nos régions: quelques conseils

Si vos buis ont soudainement perdu leurs belles feuilles vertes, ils ont probablement été victimes de la pyrale du buis. La chenille de ce papillon nocturne ne consomme que des feuilles de buis et sévit dans nos régions depuis maintenant trois ans,...

Du côté wallon, les associations ne peuvent pas confirmer une baisse globale de la population de mésanges. Pas mal de nichées auraient même été observées ces derniers temps. 

Mais chez Natagora, on a observé des phénomènes ponctuels d'oisillons morts, qui pourraient bien être liés à l'utilisation des fameux pesticides. Exemple avec ces 8-9 oisillons morts d'un coup en mai, alors que les parents les nourrissaient encore la veille.

Comme ils ne portaient aucune trace de coup ou de prédation, il s'agissait probablement d'une intoxication. Or, le voisin avait pulvérisé ses buis contre la chenille la veille. Plusieurs cas similaires ont été signalés à Natagora.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK