Hébergeurs de migrants: les journalistes devraient échapper à la prison

Procès des hébergeurs de migrants: prison ferme et acquittements requis
Procès des hébergeurs de migrants: prison ferme et acquittements requis - © Tous droits réservés

Des peines de 12 à 40 mois de prison et des acquittements ont été requis, ce jeudi, lors du procès des hébergeurs de migrants.

Le ministère public a requis l'acquittement d'Anouk Van Gestel, rédactrice en chef de Marie Claire Belgique, et de Walid Charaabi, tous deux ont hébergé chez eux des migrants entre janvier et mai 2017.

Concernant l'autre journaliste sur le banc des accusés, Myriam Berghe, le procureur a réclamé son acquittement pour "participation à une organisation criminelle", et une suspension du prononcé (reconnaissance de culpabilité sans sanction pénale) pour "complicité dans le trafic". Même verdict attendu pour Zakia Siouda, l'assistante sociale.

Le ministère public leur reproche d'avoir aidé des migrants qui exerçaient une activité de passeur et qui faisaient du trafic d'êtres humains.

Des peines d'un an à 40 mois de prison ont été requises à l'encontre des sept autres prévenus, suspectés, eux, d'avoir fait du trafic d'êtres humains de manière organisée. Les deux procureurs ont rappelé qu'il y avait trois catégories de personnes à différencier: les migrants, qui sont des victimes, les "aidants", comme les hébergeurs, et les trafiquants d'êtres humains. "Ce que nous appelons l'aidant est une personne qui facilite l'entrée, le séjour ou le transit d'une personne en séjour illégal. C'est interdit mais il y a une exception lorsque l'aide est offerte pour des raisons humanitaires. Que les choses soient claires, il n'est nullement ici question pour le parquet de criminaliser les hébergeurs, comme cela a été dit", ont exposé les magistrats.

Onze personnes sont poursuivies devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour trafic d'êtres humains et organisation criminelle. Prévue en matinée, l'audience a finalement démarré qu'à 13h00 cet après-midi afin de permettre à l’un des prévenus, actuellement incarcéré, d’être conduit jusqu’au palais de justice de Bruxelles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK