Hautes Fagnes : "On rouvre ce week-end mais c'est un test"

Hautes Fagnes: "On rouvre ce weekend mais c'est un test"
2 images
Hautes Fagnes: "On rouvre ce weekend mais c'est un test" - © Tous droits réservés

Après avoir été interdites d’accès deux week-ends d’affilée pour éviter l’afflux de visiteurs, les Hautes Fagnes seront rouvertes à la circulation ce week-end. Comment trouver le bon l’équilibre l’accueil du public et la préservation des espaces naturels ? On y répond dans CQFD avec deux invités : Céline Tellier, ministre wallonne de l’Environnement, de la Nature, de la Forêt et de la Ruralité (Ecolo) et Jean-Paul Bastin, bourgmestre de Malmedy (cdH).

Un effet confinement doublé d’un effet réseaux sociaux

Jean-Paul Bastin explique que la réouverture du plateau des Hautes Fagnes ce week-end est un test : "On va voir comment ça se passe en optimisant le stationnement, mais aussi – c’est paradoxal – en invitant les gens à ne pas venir sur place […] La surfréquentation que l’on connaît est liée au confinement, depuis plusieurs mois, on a des phénomènes de tourisme de masse, et ici à des niveaux qu’on n’avait jamais connus. On peut gérer 2 ou 3000 voitures mais pas 5 ou 10.000".

Le bourgmestre de Malmedy ajoute à ce tableau le phénomène de concentration sur certains lieux : "Les réseaux sociaux vont concentrer les visites sur des points plus connus ou populaires […] C’est un effet nouveau que nous devons mieux appréhender pour mieux répartir ce tourisme et ce besoin légitime de la population de s’aérer". Céline Tellier abonde et précise que depuis le début du confinement, malgré un plan de promotion du tourisme en Wallonie développé avec une information diversifiée, les visiteurs se concentrent davantage sur des "hot spots" promus par les réseaux sociaux.

De nouveaux espaces pour les usagers de la forêt

L’affaire du cycliste dans les Fagnes a aussi remis en lumière l’enjeu de la cohabitation de différents publics sur un même espace naturel. "On doit pouvoir pacifier ces espaces de deux façons", explique la ministre wallonne de l’Environnement. "D’une part régler les tensions existantes en amenant des règles et balisages, on est d’ailleurs en train de lancer un dialogue structuré avec les différents usagers de la forêt pour aboutir à des recommandations concrètes, d’autre part ouvrir de nouveaux espaces pour l’ensemble des usagers. C’est un travail en cours, que ce soit au niveau des aires protégées ou des zones de baignade".

Un enjeu d’autant plus important que les cyclistes doivent parfois face à des pièges sur leur chemin, poursuit Jean-Paul Bastin. Les interventions policières qui se multiplient témoignent d’ailleurs de ces tensions accrues entre les différents usagers de la forêt.

Cela va jusque des câbles tendus entre deux arbres

Le respect de la nature passe aussi par l’éducation

Céline Tellier en convient : "On a un devoir d’augmenter l’information et les équipements à travers les panneaux explicatifs ou d’autres dispositifs à l’étude […] Il faut renforcer l’infrastructure d’accueil pour assurer une meilleure cohabitation entre tous les usagers".

"Comment faire en sorte que l’afflux de visiteurs respecte l’endroit ? Cela passe aussi par l’éducation", conclut Jean-Paul Bastin.

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat à revoir ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK