Hausse des cas de Covid en Belgique : vers des contrôles plus stricts au retour de zones rouges

Afin de mieux gérer la progression de l’épidémie de coronavirus en Belgique, il est nécessaire de mieux contrôler les voyageurs de retour en Belgique, en particulier s’ils reviennent de zones rouges, là où le virus circule de façon importante comme en Espagne ou au Portugal : plusieurs responsables politiques se sont exprimés en ce sens ce dimanche. C’est le cas du commissaire Corona Pedro Facon, mais aussi du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke et de la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden.

"Les lignes de défense pour la gestion des risques, dans les domaines de la prévention et de la sensibilisation, des règles de voyage, des tests, de la gestion des épidémies, du suivi des contacts, du suivi de l’isolement et de la quarantaine, etc. doivent être maintenues et renforcées sur différents fronts" avait écrit ce matin Pedro Facon dans un fil Twitter sur l’attitude à adopter face à la hausse actuelle des cas détectés en Belgique.

Ces derniers jours, la polémique a fait rage au sujet des voyageurs rentrant en Belgique depuis les zones rouges. Par exemple, il y a eu un mini-scandale à propos des jeunes qui sont rentrés dans notre pays par avion, bien qu’ils aient été infectés par le virus en Espagne. "Nous devons être stricts à ce sujet", estime le ministre Vandenbroucke de Vooruit. Il déconseille de se rendre dans des pays comme l’Espagne et le Portugal si l’on n’a pas encore été vacciné.


Lire aussi : Covid-19 en Belgique : le nombre de tests positifs aux retours de voyage a bondi, surtout venant d’Espagne


Il insiste également sur des contrôles plus stricts pour les voyageurs revenant des zones rouges. Les Belges qui reviennent d’une zone rouge ne doivent à proprement parler que présenter leur formulaire de localisation des passagers (PLF) à l’arrivée. Ceux qui n’ont pas de certificat corona doivent être testés à leur retour en Belgique et rester en quarantaine jusqu’à ce que le résultat du test soit négatif. Mais le dernier rapport Sciensano a révélé que 3,8% des voyageurs de retour d’Espagne étaient testés positifs.

La ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, estime, elle, que les compagnies aériennes devraient effectuer des contrôles plus approfondis. Il appartient aux compagnies aériennes de vérifier si les voyageurs ont été testés ou vaccinés. S’ils ne le font pas, ils risquent des amendes, a-t-elle déclaré à VTM dimanche. "Ils doivent se conformer aux règles. Nous avons explicitement prévu qu’il est de leur responsabilité d’effectuer ces contrôles dans l’intérêt de la santé de tous ceux qui prennent l’avion."

Plus de contrôles à la frontière

Selon Wencke Lemmes, porte-parole de Brussels Airlines, les compagnies aériennes prennent toutefois leurs responsabilités. Mais l’arrêté ministériel stipule que les Belges de retour ne doivent pas nécessairement se faire tester à l’avance, mais peuvent le faire dès leur arrivée en Belgique. "Nous vérifions sur les formulaires PLF, mais les règles stipulent que les voyageurs belges de retour ne doivent pas nécessairement être testés au préalable. Nous prenons nos responsabilités, mais il y a bien sûr aussi une responsabilité du passager lui-même. Il doit savoir qu’il n’est pas autorisé à prendre l’avion s’il a été contrôlé positif", a expliqué M. Lemmes à Belga.

Le ministre Vandenbroucke veut aller plus loin. Il estime que même ceux qui reviennent en voiture, par exemple, devraient être soumis à un "contrôle aléatoire" à la frontière.

 

Le variant Delta est dominant en Belgique

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK