Harcèlement sexuel: Séoul envisage des métros réservés aux femmes

Harcèlement sexuel: Séoul envisage des métros réservés aux femmes
Harcèlement sexuel: Séoul envisage des métros réservés aux femmes - © Archive EPA

Face à la forte augmentation de cas de harcèlement sexuel dans le métro de Séoul, les autorités municipales envisagent de créer des compartiments réservés aux femmes. Une idée qui est loin de faire l'unanimité parmi les usagers.

Les autorités de la ville envisagent de réserver des compartiments aux femmes dans le métro de Séoul. La mesure serait appliquée en soirée et de nuit afin de prévenir le harcèlement sexuel dont les usagères sont trop fréquemment victimes.

Selon la police des métros de la capitale coréenne, 64% des délits commis dans le métro pendant les cinq premiers mois de l’année (soit 550 sur 853) concernent des cas de harcèlement sexuel.

"Les cas de violence sexuelle ont progressé de 22% par rapport à l'an dernier alors que les vols sont en baisse de 35%", relate ainsi un "officiel de la ville" anonyme cité par Korea Times.

L'idée d'un compartiment réservé aux femmes lors des heures de pointe avait déjà été tentée puis abandonnée en 1992 sur une ligne du métro de Séoul. Les gens qui se ruaient dans les wagons bondés ne prenaient évidemment pas le temps de respecter la nouvelle réglementation.

Les femmes elles-mêmes doutent de l'efficacité de la mesure

Une nouvelle velléité était apparue fin 2007 mais la ville abandonna le projet après que des études ont indiqué son impopularité (plus de la moitié des personnes interrogées étaient opposées à la mesure en question).

Mais au-delà de sa popularité ou non, c'est l'efficacité même de la mesure qui est mise en cause par le Korea Sexual Violence Relief Center, une organisation qui lutte pour la défense des victimes de crimes sexuels et pour prévenir ces crimes.

"Je ne crois pas que la ségrégation sexuelle soit la bonne direction pour résoudre le problème du harcèlement", explique Lee Eun-Sang, la directrice de l'organisation. "Cela signifie que le harcèlement ne peut être évité que lorsque les hommes et les femmes se trouvent dans des espaces séparés", déplore-t-elle.

Selon Lee Eun-Sang, la ville devrait plutôt faire des efforts pour créer une atmosphère où les victimes peuvent plus aisément porter plainte, où lesdites plaintes sont traitées plus rapidement et les responsables plus sévèrement punis.

Sur le net, la mesure envisagée a déclenché une véritable polémique via les blogs et les réseaux sociaux du pays. Là aussi, c’est l’efficacité de la mesure, ainsi que ses effets concrets qui sont au centre des doutes. 

Une bloggeuse résume assez bien les inquiétudes exprimées sur la toile. Elle fait notamment remarquer qu’avec cette mesure, "une femme qui serait victime de harcèlement sexuel dans un compartiment mixte ne sera plus en mesure de s'en prendre à qui que ce soit à part à elle-même parce qu'elle n'était pas dans le compartiment réservé aux femmes ". En outre, cette mesure sous-entendrait que chaque homme est un délinquant sexuel potentiel, souligne-t-elle.

Julien Vlassenbroek avec Korea Times

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK