Halloween: pouvez-vous porter des masques ou des armes factices?

Vous avez déjà choisi votre costume pour Halloween ? C’est le moment de vous demander si votre déguisement n’est pas horrifiant aux yeux de la loi.

Quid du masque qui recouvre le visage?

Dans le code pénal, un article datant de 2011 prévoit normalement des amendes administratives de 15 à 25 euros et un emprisonnement d’un à sept jours pour celles ou ceux qui se présentent dans les lieux accessibles au public le visage masqué "de manière telle qu’ils ne soient pas identifiables". 

Toutefois, ne sont pas visés les personnes qui sont en habit de travail ou les personnes participant à des manifestations festives faisant l'objet d'une ordonnance communale de police. 

Donc, s'il n'y a pas d’autorisation émanant de la commune sur l'organisation d'un cortège de Carnaval ou d'Halloween, normalement, on ne peut pas se dissimuler le visage.

Normalement, il faut une autorisation. On n'a jamais eu à sanctionner, mais c’est une liberté que l’on prend par rapport à la loi.

, nous explique le commissaire Olivier Slosse. 

Cela concerne-t-il aussi les enfants ? "Normalement, oui, mais, c'est la dangerosité qui est estimée", continue Olivier Slosse. "Si c’est un adulte masqué, dans le métro, seul, avec une batte de baseball, on va considérer cela comme étant une arme potentielle et on va lui demander de retirer le masque."

Conclusion : éviter toute situation qui pourrait prêter à confusion. Et autant se tenir loin de certains endroits "délicats" comme les ambassades ou les centrales nucléaires, recommande le commissaire.

Quid des armes factices?

Ce sera le degré de réalisme de l'arme ou de dangerosité qui doit être pris en considération : "Si c’est clairement un jouet, pas un problème. Mais si les gens peuvent imaginer que c’est une arme réelle, alors, c'est interdit. Cela dépend donc de la couleur, du poids, du maniement que demande l'objet", détaille Olivier Slosse.

Attention aussi "à faire ça dans le respect des autres : ne pas jeter des pétards, exiger des bonbons (plutôt que de demander) ou devenir agressif. Si c'est un jouet qui lance des projectiles, ça peut créer des nuisances, alors on peut aussi faire une saisie administrative."

Quid des regroupements?

En principe, si un groupe veut faire un cortège dans son quartier, il doit prendre contact avec la commune ou le commissariat de quartier (car l'événement a lieu sur la voie publique). 

"C'est le bourgmestre qui reste le dernier juge pour la salubrité et la sécurité publique", conclut le commissaire. 

Le porte-parole précise également que la fête d'Halloween n'a jamais donné lieu à des recrudescences d'interventions. 

Dans ce reportage, un groupe d'enfants à Erbisoeul vous donne un avant-goût d'Halloween: 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK