Grippe aviaire: "Éteindre l'incendie avant qu'il devienne dangereux"

Le docteur Yves Van Laethem
Le docteur Yves Van Laethem - © RTBF

Selon l'infectiologue Yves Van Laethem, rien ne permet actuellement de croire que la nouvelle souche de grippe aviaire découverte dans plusieurs pays européens puisse se transmettre à l'homme. Mais il est indispensable d'abattre systématiquement tous les oiseaux susceptibles d'être contaminés. En Belgique, L'Afsca demande l'application de mesures préventives.

Les autorités néerlandaises effectuent depuis ce week-end des contrôles sur plusieurs exploitations de volailles après qu'une souche hautement pathogène du virus de la grippe aviaire (H5N8) ait été détectée. Dans une ferme du village d’Hekendorp, près d’Utrecht, quelque 150 000 poulets doivent être abattus dans la journée. Pour le docteur Yves Van Laethem, infectiologue au CHU Saint-Pierre et membre du Conseil supérieur de la santé, toutes ces précautions sont "indispensables parce qu’on sait que le virus de la grippe naît chez les oiseaux ou éventuellement chez les porcs, et que potentiellement il pourrait se transmettre" à l’homme. "Actuellement, absolument rien n’y fait penser, mais il faut éteindre l’incendie avant qu’il devienne éventuellement dangereux dans le futur" poursuit-il.

Et pour cela il n’y a pas d’autre solution que d’abattre tous les animaux, selon lui : "Il faut éliminer toute volaille qu’on ne sait pas guérir de cette maladie".

Une enquête est en cours pour essayer de déterminer comment la maladie s’est transmise d’animaux à animaux : soit via le transport d’aliments pour volaille, ou par le biais d’oiseaux migrateurs.

"On n’a aucun signe pour l’instant que cette maladie, le H5N8, se transmette à l’homme, mais les précautions sont nécessaires pour ne pas courir, dans le futur, un risque important de pandémie" conclut Yves Van Laethem.

L'Afsca demande l'application de mesures préventives

L'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a demandé lundi l'application de mesures de prévention après la découverte d'une variante dangereuse de la grippe aviaire dans une exploitation de volailles de la province d'Utrecht, aux Pays-Bas, a indiqué le porte-parole de l'agence. Des mesures de confinement sont ainsi imposées aux exploitations de volailles détenues à titre professionnel "afin de limiter le plus possible les contacts des volailles et d'autres oiseaux avec les oiseaux sauvages", peut-on lire sur le site de l'Afsca.

L'Afsca s'est réunie avec les différents secteurs étroitement concernés par cette problématique afin de les informer de la situation actuelle et de leur rappeler les mesures existantes qui doivent être appliquées en Belgique.

Une des principales mesures en Belgique prévoit l'interdiction d'accès à tout endroit où sont détenues des volailles à tout véhicule, toute personne et tout matériel qui est entré en contact ou s'est trouvé à proximité des exploitations néerlandaises infectées dans les quatre jours précédents, peut-on lire dans l'arrêté royal du 5 mai 2008 qui concerne la grippe aviaire.

Tout moyen de transport et matériel servant pour le transport de volailles doit également être nettoyé et désinfecté avec un biocide autorisé après chaque transport et chaque collecte, poursuit l'Afsca.

Chaque maladie ou mortalité anormale chez les volailles doit immédiatement être examinée par le vétérinaire d'exploitation ou un vétérinaire agréé. Si lors de cet examen, le vétérinaire ne peut exclure la grippe aviaire, il est tenu d'en informer immédiatement le vétérinaire officiel.

"Il s'agit des principales mesures d'application. Elles sont combinées aux précautions prises aux Pays-Bas afin de minimiser un maximum le risque de contamination", explique le porte-parole de l'Afsca, Jean-Sébastien Walhin.

À l'heure actuelle, ces mesures sont considérées comme suffisantes, mais la situation est surveillée de près et des mesures supplémentaires peuvent être prises à tout moment, conclut l'agence.

L'exploitation située dans la commune de Hekendorp, aux Pays-Bas, a été contaminée par le sérotype hautement pathogène H5N8 de la grippe aviaire. La souche hautement pathogène de grippe aviaire est très contagieuse pour les oiseaux. La souche H5N8 circule depuis l'année dernière en Asie du Sud-Est avec des épidémies au Japon, en Corée du Sud et en Chine. Aucun cas de contamination humaine par la souche H5N8 n'a cependant été rapporté jusqu'à présent dans ces pays.

L'enquête devrait permettre de mieux identifier la source de la contamination et le lien possible entre le cas constaté en Allemagne début novembre et le cas au Royaume-Uni, dans le Yorkshire, pour laquelle le typage est en cours.

A.L. avec N. M et Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK