Arrêt de travail chez Skeyes : l’espace aérien belge est à nouveau ouvert

L’information a été confirmée peu après 13h : l’espace aérien belge est rouvert. Les avions peuvent à nouveau atterrir et décoller des différents aéroports belges.

Reste que les retards vont devoir se résorber. Brussels Airport, par exemple, conseille toujours aux passagers de vérifier l’état de leur vol auprès de leur compagnie aérienne.

Cette réouverture fait suite à une réunion entre le patron de Skeyes, le contrôleur aérien belge, et le principal syndicat des contrôleurs aériens, la CSC.

Selon nos informations, un accord a été trouvé. La direction aurait accepté de renégocier ce qui a été signé vendredi dernier (le 10 mai) par la CGSP qui n’était pas du tout majoritaire au niveau des contrôleurs aériens.

La CSC a cependant émis une condition : elle demande que cet accord soit communiqué aux travailleurs ou bien stipulé dans un communiqué. En fonction du contenu, les contrôleurs aériens verront s’ils conservent l’espace aérien ouvert ou s’ils envisagent de nouvelles actions.

Pour le moment, rien n’est prévu, nous a-t-on assurés, mais rien n’est exclu non plus. On devrait en savoir davantage en cours de journée.


►►► À lire aussi : Votre vol est annulé : quand avez-vous droit à une compensation financière?


Une action spontanée

Depuis 9h30, cet espace aérien était fermé suite à une action spontanée du personnel de Skeyes, le contrôleur aérien belge.

« Une grève sauvage chez Skeyes » est annoncée ce jeudi entre 9h30 et 13h, avait écrit tôt ce jeudi matin Eurocontrol sur Twitter. Cela aura un impact sur tous les vols à l’arrivée et au départ de tous les aéroports belges, précisait-il.


>>À lire aussi : la CSC s’explique sur les raisons de ce nouvel arrêt de travail chez Skeyes

Une centaine de vols annulés à Zaventem

À Zaventem, 130 vols ont été impactés par cet arrêt de travail spontané dont 90 annulations (au moins une trentaine rien que chez Brussels Airlines qui prévoit aujourd'hui une action en justice contre Skeyes). Les autres étaient retardés en attendant la fin de cette action. Davantage d’informations sur le site internet de l’aéroport.

Sur place, cela a évidemment entraîné la pagaille

Plusieurs vols annulés aussi à Charleroi

Des vols ont également été annulés à l'aéroport de Charleroi, à l’arrivée mais aussi au départ :

  • 5 vols annulés au départ entre 10h et 12 h
  • 5 vols annulés à l’arrivée entre 14h et 16h.

D’autres ont également dû être retardés et un avion a été dévié vers Lille. 

Peu de conséquences à Bierset

À Liège, quatre avions cargos seulement sont impactés par l’action. L’essentiel de l’activité de Bierset se déroulant la nuit.

Concernant les astreintes, celles (250.000 euros) dont il avait été question en avril ne sont plus d’actualité. A cette heure-ci, il n’y a pas d’astreinte pour l’action de ce jeudi. Celles obtenues lors d’une ordonnance du tribunal de première instance de Liège du 26 avril ne concernaient que le week-end des 27 et 28 avril. A cette heure, l’avocat des sociétés qui avait obtenu ces astreintes n’a pas été mandaté pour en réclamer de nouvelles pour l’action aujourd’hui.

Parallèlement, une action en référé a été intentée en avril et fera l’objet d’une audience le 23 mai prochain. Dans le cadre de cette action, des astreintes ont été sollicitées en cas de nouvelles actions, ainsi que l’indemnisation du préjudice subi lors des actions précédentes.

Les raisons de cet arrêt de travail

C’est une réunion prévue ce jeudi matin par la direction de Skeyes qui semble avoir mis le feu aux poudres, l’idée étant d’informer les contrôleurs aériens sur l’accord social conclu vendredi dernier (le 10 mai).

D’après le syndicat CSC, l’heure choisie pour cette réunion ne permettait pas au personnel de s’y rendre, du moins pas la majorité. Le syndicat a donc appelé les travailleurs à y aller, même s’ils étaient de service. Il parle, lui, d’un arrêt de travail, couvert par un préavis de grève actuellement en cours dans le but de permettre au personnel d’assister à une réunion planifiée par la direction.

De son côté, la direction conteste. Pour elle, il s’agit bien d’une grève sauvage vu qu’il s’agissait d’une permanence organisée entre 10h et 19h.

Reste, qu’entre-temps, la direction a décidé d’annuler cette « permanence ».

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK