Grève et vols annulés: "Quand on est consommateur on sait à quoi s'attendre avec Ryanair"

Stéphane, une cliente de Ryanair
Stéphane, une cliente de Ryanair - © RTBF

La grève de vendredi des pilotes de Ryanair va entraîner l'annulation de 26 vols réguliers sur 46 à Brussels Airport : cela concerne les vols au départ et à l'arrivée. A l'aéroport de Charleroi, Ryanair a annulé 82 vols, 41 au départ et 41 à l'arrivée. Ces annulations touchent 14.000 passagers. Le mouvement sera suivi par les pilotes belges, irlandais, allemands, suédois et néerlandais et il commence à minuit, pour une durée de 24 heures. Pour quand même profiter de leurs vacances, de nombreux clients belges de Ryanair ont dû jongler avec les alternatives possibles.

Surcoût de 500 euros

Trois jours à Rome pour fêter 25 ans de mariage, c’était l'idée d’Eric Parmentier. Mais au moment d’enregistrer ses billets, il voit que son vol retour est annulé. Il a trouvé une solution de rechange, mais son budget a été multiplié par deux : "J'ai essayé de reprendre un vol le samedi matin, mais les vols sont complets jusqu'aux lundi. J'ai donc dû me résoudre à prendre un vol de Rome jusqu'à Amsterdam, avec un surcoût évidemment de 500 euros. J'attends de rentrer pour voir avec Ryanair comment on peut être indemnisé dans une situation pareille".

Certains ont décidé de demander le remboursement plutôt que de prendre un autre vol. C’est le cas d'Aurélie. Elle rejoindra le sud de la France en train-couchette : "J’étais satisfaite du fait d’être prévenue tôt, vendredi, ça a permis de se retourner. Le remboursement, je trouve ça normal. Alors, par contre, évidemment, ils ne parlent pas du tout des indemnités qui sont dues dans ces cas-là de 250 euros ou plus selon la situation. Ils n’évoquent pas cela et je sais qu’ils ne veulent pas les donner. Donc non cela n’est pas satisfaisant".

"On sait à quoi s’attendre avec Ryanair"

Quant à Stéphane Levens, elle restera 3 jours de plus en Italie. Pour cette indépendante, cela signifie annuler et postposer de nombreux rendez-vous. Ceci dit, elle pose un regard lucide sur cette grève : "Franchement, si on est honnête, quand on est consommateur, on sait à quoi s’attendre avec Ryanair. Évidemment que ce sont les moins chers, c’est un système économique auquel on participe et j’avoue que je peux comprendre, je peux comprendre leur situation et leurs revendications".

Des passagers compréhensifs, même s'ils ont l'impression d'être pris en otage. Qu'ils aient choisi le remboursement ou l'échange de billets, tous pensent entamer des démarches pour obtenir des dédommagements.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK