Grève des cheminots: la situation devrait empirer

RTBF
RTBF - © RTBF

Le bilan quasi définitif de l'accident de Hal est arrêté sur le chiffre de 18 morts. Ce mardi, les cheminots sont sous le choc et, en réaction, les conducteurs de trains des dépôts de Mons, Ath, Braine-le-Comte, Charleroi, Louvain, Liège, Namur et Hal ont arrêté le travail.

L'action, qui est spontanée, perturbe fortement le trafic ferroviaire, essentiellement en Wallonie. A la mi-journée, la situation est assez chaotique. Aucune ligne n'est épargnée. Et la situation évolue de minute en minute.

Certains conducteurs et accompagnateurs de trains ont pris le départ, d'autres pas. Difficile donc de dire quel train circule et quel autre est resté au dépôt.

Certains trains ont 10 à 30 minutes de retard et d'autres sont annulés.

Selon nos calculs effectués directement sur le site internet railtime, un peu moins d'un tiers des trains sont annulés.

De toute facon, la SNCB déconseille aux voyageurs de prendre le train ce mardi. Elle annonce même que la situation devrait être encore pire cette après-midi.

Si vous devez tout de même prendre le train, consultez le site internet railtime.be ou appellez le 02/528.28.28

La situation devrait rentrer dans l'ordre demain matin....

Selon la SNCB, ce matin, seuls 15% des dépôts n'étaient pas touchés par le mouvement.

Les conducteurs de trains veulent transporter les passagers en toute sécurité, ce qui n'est plus possible, disent-ils, avec leurs conditions de travail.

Renseignez-vous donc si vous devez voyager sur le rail ce mardi.

Un mouvement "compréhensible" mais qui "piège" les voyageurs

"L'arrêt de travail spontané est compréhensible mais les voyageurs sont de nouveau pris en otage par un mouvement pour lequel ils ne sont pas responsables", a regretté Gianni Tabbone, porte-parole de navetteurs.be.

Selon lui, les cheminots "se trompent de cible et devraient montrer leur mécontentement devant la direction et les responsables politiques."

Gianni Tabbone suggère que dans un avenir proche, le personnel roulant et les voyageurs se concertent pour améliorer le quotidien de chacun.

"Le syndicat indépendant pour cheminots exploite la situation"

L'association des voyageurs TreinTramBus a le sentiment que principalement le syndicat indépendant pour cheminots (SIC) exploite la situation engendrée par la catastrophe ferroviaire à Buizingen (Hal) pour déposer sur la table son agenda, a-t-elle fait savoir mardi.

TreinTramBus a expliqué qu'elle comprend la réaction émotionnelle d'une partie du personnel roulant mais espère que le trafic ferroviaire reprendra normalement mercredi.

Et d'ajouter : "Le SIC est alarmiste en suggérant que ce type d'accident peut se produire tous les jours. Il n'est pas du tout opportun de déclarer que tout d'un coup les trains sont un moyen de transport dangereux".

A la CSC, on parle de "réaction émotionnelle"

Le syndicat chrétien CSC-Transcom n'appelle pas à l'action mais comprend la "réaction émotionnelle" d'une partie des conducteurs de trains. "Ils ont en effet perdu un collègue".

"Nous souhaitons que l'enquête sur la cause de l'accident soit menée en toute neutralité, de façon à éclairer toutes les circonstances du drame", indique le syndicat dans un communiqué.

"Nous allons répondre à l'appel de la ministre Vervotte et entamer un dialogue avec le management et les autorités afin de continuer à garantir la sécurité des voyageurs et du personnel des trains."

Les syndicats socialistes et libéraux avaient également déclaré comprendre la réaction des conducteurs sans toutefois appeler à l'action.

 

RTBF

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK