Grève chez Ryanair: 250 vols annulés en Europe, d'autres annulations à prévoir cet après-midi?

Ryanair a dû annuler 250 vols (sur 2400 au total, soit un peu plus de 10%) ce vendredi en Europe suite à une nouvelle grève annoncée par les syndicats ayant annoncé "la plus grande grève jamais vue". D'autres vols pourraient être annulés cet après-midi selon les syndicats. 

Au total ce sont plus de 40.000 passagers qui sont actuellement touchés par cette grève dans six pays européens (la Belgique, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, l'Espagne et le Portugal). 

Mais qu'en est-il à cette heure-ci ?

En Belgique

Chez nous, 48 vols ont été annulés : 26 à l'aéroport de Charleroi et 22 à Bruxelles. Cela représente la moitié des vols Ryanair.

Toutes les personnes concernées (environ 9000) ont été averties, semble-t-il, jeudi soir par SMS. 

De son côté, Yves Lambot, du syndicat CNE, a accusé Ryanair d'avoir volontairement minimisé l'impact de la grève : la compagnie "disait qu'il n'y aurait que deux vols annulés à Charleroi, et bien actuellement il y en a 26, et il risque encore d'y en avoir plus cet après-midi", a-t-il affirmé à l'AFP.

Á lire aussi: Le personnel en grève à l'aéroport de Charleroi refuse les interviews de peur d'être licencié

En Allemagne

Chez nos voisins allemands, ce sont 133 vols (à destination ou en provenance d'Allemagne) qui ont été supprimés, soit près de 40% des vols. 

Ryanair avait pourtant annoncé jeudi la suppression de 100 vols en Allemagne, mais les syndicats Verdi et VC estimaient déjà que cette estimation était trop basse.

Aux Pays-Bas

A Eindhoven, aux Pays-Bas, on ne connaît pas le nombre exact de vols annulés. Et si l'entreprise assure avoir pris "toutes les mesures nécessaires pour minimiser cette perturbation" et informé ses clients "le plus tôt possible", certains passagers avaient déjà passé les contrôles de sécurité quand ils ont appris que leur vol était annulé. C'est du moins ce qu'a déclaré Joost van Doesburg, porte-parole du syndicat des pilotes néerlandais (VNV) de Ryanair. "L'ambiance était électrique", a-t-il souligné.

VNV a ajouté qu'il comptait poursuivre Ryanair en justice, pour avoir, selon lui, fait venir des pilotes belges pour casser la grève.

Au Portugal

A l'aéroport de Porto, où Ryanair possède sa principale base au Portugal, une dizaine de personnes faisaient la queue vendredi matin devant le comptoir de la compagnie pour trouver des alternatives aux vols annulés.

"La compagnie a mis à disposition un autocar. Ce n'est pas aussi confortable. Au lieu de 50 minutes, le voyage va durer 5 heures", a témoigné une passagère portugaise d'une cinquantaine d'années interrogée par la télévision SIC.

Á lire aussi: Les passagers dont le vol a été annulé ont droit à une compensation

Pourquoi cette grève ? 

Cette grève est une initiative du personnel de cabine de cinq pays européens : la Belgique, l'Italie, les Pays-Bas, l'Espagne et le Portugal. Des pilotes de plusieurs pays dont la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne se sont joints au mouvement.

Avec cette nouvelle grève, les pilotes et le personnel de cabine réclament de meilleures conditions de travail et l'emploi de chaque salarié via un contrat relevant de son pays de résidence, contrairement à la pratique historique de Ryanair d'employer une bonne part de son personnel via des contrats de droit irlandais.

En Belgique, par exemple, la dernière proposition présentée en commission paritaire évoquait une reconnaissance des syndicats en Belgique en 2020. Ce qui suscite quelques tensions puisque le patron de Ryanair a évoqué auparavant janvier 2019. 

En juillet dernier, une grève du personnel de cabine dans plusieurs pays d'Europe avait conduit à l'annulation de 600 vols impactant 100.000 passagers. En août, les pilotes avaient aussi fait grève conduisant à l'annulation de 400 vols et touchant 55.000 passagers.

Archive : JT 27/09/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK