Grève bpost: comment se porte réellement l'entreprise?

Une grève de cinq a jours a commencé ce mardi soir chez bpost. Les syndicats déplorent le manque de personnel, près de 500 employés, manqueraient à l'entreprise pour fonctionner correctement. Mais au fait, comment se porte réellement cette entreprise qui appartient encore, pour moitié, à l'Etat ?

Un chiffre d'affaires en hausse, un bénéfice en baisse

D'un point de vue économique, bpost est une entreprise qui grandit. Son chiffre d'affaires a dépassé les 3 milliards d'euros pour la première fois en 2017, soit une croissance de 25% par rapport à 2016. En revanche, le bénéfice de l'entreprise ne suit pas cette croissance, il est même en légère baisse: 323 millions en 2017 contre 344 millions en 2016, soit une baisse de 7%. Cela s'explique par des coûts qui ont fortement augmenté en 2017, notamment à travers l'acquisition de l'entreprise américaine Radial pour 715 millions d'euros. "Pour poursuivre ses ambitions de croissance, bpost a racheté plusieurs sociétés au cours des dernières années, la reprise la plus importante étant celle de Radial aux États-Unis", indique le rapport de 2017 sur les états financiers de l'entreprise. 

Deux fois moins de personnel qu'en 1989

Alors que l'entreprise croit, le nombre d'équivalent temps-plein a quasiment été divisé par deux depuis 1989. L'entreprise reposait à l'époque sur 46.000 employés contre 25.000 aujourd'hui. Parmi ces 25.000 employés, un tiers sont des facteurs. Cette baisse du personnel s'explique notamment par la principale menace de bpost : la disparition du courrier classique remplacée par les messages électroniques. Bien qu'elle ait été anticipée, cette baisse est plus rapide que prévu. Pour la première fois dans l'histoire de l'entreprise, les revenus tirés de la distribution du courrier sont passés sous les 50% du chiffre d'affaires. Cette chute des revenus du courrier classique n'est pas encore compensée par l'envoi de colis. Ceux-ci ont augmenté de 28% l'année dernière et même de 81% entre 2013 et 2017.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK