Grève à De Lijn: importantes perturbations sur les réseaux urbains et à la Côte, 70% des chauffeurs roulent

Un véhicule de De Lijn
Un véhicule de De Lijn - © CAMILLE DELANNOIS - BELGA

A la suite de l'appel à la grève du syndicat socialiste flamand ACOD, les perturbations se font ressentir sur l'ensemble du réseau des bus et trams De Lijn mercredi matin. Selon la direction de la société de transport en commun, 70% des chauffeurs ont pris le départ à 6h30. Les nuisances sont les plus importantes sur un certain nombre de réseaux urbains et au littoral, reconnait De Lijn. Les syndicats chrétiens et libéral, ACV et ACLVB, ne soutiennent pas l'action globale en Flandre.

En Brabant flamand, deux tiers des transports sont disponibles mais les problèmes se font principalement ressentir dans la région de Dilbeek et sur les lignes urbaines de Louvain.

A Anvers, un tiers des bus et trams circulent tandis que deux tiers roulent dans la province dans son ensemble.

Dans le Limbourg, environ 80% des bus sont sur les routes.

En Flandre orientale, trois quarts des chauffeurs ont pris le volant mercredi matin. Les perturbations se concentrent en revanche sur les réseaux de Gand, Alost et Saint-Nicolas.

En Flandre occidentale, deux tiers des véhicules circulent. La Côte est le plus gros point noir de la province: il y a peu de bus et aucun tram. Courtrai et Bruges sont également fortement impactés.

La réunion de conciliation organisée mardi concernant le conflit en cours dans le Brabant flamand a échoué et la grève, entamée il y a huit jours, se poursuit dès lors ce mercredi mais a été étendue à toute la Flandre à l'appel du syndicat socialiste.

Les syndicats protestent actuellement contre de nombreux problèmes au sein de la section brabançonne de l'entreprise, dont la pénurie de personnel, les horaires de travail irréguliers dans le planning des chauffeurs, l'absence de congé, l'administration défaillante du personnel, l'organisation défaillante dans les services techniques et les mauvais plannings pour les inspecteurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK