Grande-Synthe: bientôt un nouveau camp pour les réfugiés

La jungle de Grande-Synthe, dans le nord de la France, ce sont ces centaines de tentes, de la boue partout, l'humidité et le froid. Le camp compte pas moins de 2300 réfugiés, en majorité des hommes, mais aussi des familles avec de jeunes enfants. Ils vivent dans de fines tentes et n'ont accès qu'à quelques points d'eau. Les réfugiés craignent les caméras par peur d'être fichés et ensuite refoulés.

Sattar est iranien et est arrivé ici il y a trois mois. "C'est dur, très dur. Le soir à partir de 18 heures, il fait très froid. L'eau et tout le reste est gelé. La température descend sous zéro, et tout gèle. Nous devons rester ici mais personne ne nous aide. Il y a des gens qui viennent. Mais nous n'avons aucune aide du gouvernement". Son but comme pour tous les autres est de passer de l'autre côté de la Manche.

"En Grande-Bretagne ils ne vous expulsent pas. Vous pouvez déposer une demande d'asile 2 ou 3 fois. En Europe non. Si votre cas est refusé ils vous expulsent." La plupart d'entre eux gardent l'espoir de passer en Grande-Bretagne et sont donc condamnés à attendre ici.

MSF met sur pied un nouveau camp

Heureusement, dans quelques temps, un nouveau camp sera ouvert par Médecins sans Frontières qui assure la coordination dans le camp actuel. "Le but est de mettre les gens dans des tentes au sec, dans des tentes certifiées par les Nations Unies, donner plus d'humanité et l'accès à l'hygiène et à une zone chaude pour permettre aux gens de finir l'hiver correctement" nous explique Mathieu Balthazard, coordinateur MSF.

D'ici quatre à six semaines les réfugiés devraient déménager vers le nouveau camp, loin de la boue.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK