Grande opération de contrôle de vitesse sur les routes: est-ce efficace?

Dans un accident mortel sur trois, la vitesse entre en ligne de compte.
Dans un accident mortel sur trois, la vitesse entre en ligne de compte. - © JONAS ROOSENS - BELGA

La police mène une grande opération de contrôle de vitesse toute la journée, une campagne de grande envergure. Elle est menée dans une vingtaine de pays européens. Chez nous, une cinquantaine d'agents sont mobilisés sur les autoroutes mais pour l'instant le nombre de radars et leur localisation reste secrète. De telles opérations annoncées et au niveau européen sont- elles vraiment efficaces ?

Les acteurs de la lutte contre l'insécurité routière en sont, en tout cas, persuadés. L’an dernier, une opération similaire avait déjà eu lieu, et seuls 2,5% des automobilistes contrôlés ont été flashés. C’est peu par rapport à un contrôle classique.

Paradoxalement, pour Benoît Godard, porte-parole de l’Institut Belge pour la Sécurité Routière, cela prouve que ces opérations sont bel et bien efficaces: "Elles servent surtout à marquer le coup, à rappeler que la vitesse reste la problématique numéro un en matière de sécurité routière en Belgique comme un peu partout en Europe. Car c’est une opération européenne. Le fait que 2,5% de conducteurs étaient au-delà des limitations de vitesse, montre que les conducteurs adaptent leur vitesse, au moins ce jour-là".

Pour lutter contre la mortalité sur les routes, la sensibilisation a aussi sa place. S'ajoutent à cela de meilleures infrastructures routières et des voitures plus sûres. Mais la répression resterait bien un pilier majeur pour combattre l'insécurité routière.

"Quand on demande aux conducteurs ce qui fait changer leur comportement, ils répondent systématiquement que c'est le risque de se faire contrôler et éventuellement les amendes plus élevées, qui reviennent en premier lieu".

Chaque jour, deux personnes meurent sur les routes belges. Et dans un accident mortel sur trois, la vitesse entre en ligne de compte.

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK