Grande-Bretagne: Extinction Rebellion bloque la distribution du Sun, du Times, du Daily Mail...

Blocage des accès à l'imprimerie du groupe News Corporation à Broxbourne (Royaume-Uni), par des membres du collectif Exctinction Rebellion, le 4 septembre 2020
2 images
Blocage des accès à l'imprimerie du groupe News Corporation à Broxbourne (Royaume-Uni), par des membres du collectif Exctinction Rebellion, le 4 septembre 2020 - © Tom OLDHAM

Des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion ont bloqué des imprimeries du groupe News Corp du magnat Rupert Murdoch au Royaume-Uni, une action coup de poing qui a perturbé la distribution des journaux samedi matin et a été largement condamnée.

Selon Extinction Rebellion (XR), plusieurs dizaines de ses militants ont bloqué dans la nuit de vendredi à samedi les accès aux imprimeries de Broxbourne au nord de Londres et de Knowsley, près de Liverpool, d'où sortent des titres de News Corp comme le Sun, le Times, le Telegraph, mais aussi le Daily Mail, qui n'appartient pas au groupe.

Selon la police, 42 personnes ont été interpellées sur le premier site, et 21 sur le second.

Cette attaque contre notre presse libre, notre société et notre démocratie est totalement inacceptable

Les manifestants entendaient exiger de "libérer la vérité", reprochant aux titres concernés de ne pas rendre compte de manière appropriée de "l'urgence climatique et écologique" et leur reprochant de "manipuler la vérité" au profit de leur propre agenda, selon un communiqué d'Extinction Rebellion.

"Cette attaque contre notre presse libre, notre société et notre démocratie est totalement inacceptable", a réagi sur Twitter la ministre de l'Intérieur Priti Patel.

L'une des responsables de l'opposition travailliste, Emily Thornberry, a désavoué l'action, qu'elle a jugée "inquiétante", sur Times Radio. "Je ne sais pas vraiment ce qu'ils cherchent à faire mais je sais que pour beaucoup d'auditeurs âgés ça fait vraiment partie de leur vie quotidienne, d'avoir leurs journaux livrés le matin", a-t-elle souligné.

Selon la police du comté de l'Herefordshire, les camions de livraison n'avaient pas pu quitter le site de Broxbourne à 6H00 locales (5H00 GMT). Selon la police, une centaine de manifestants s'étaient attachés à des structures et entre eux. Sur Twitter, XR a publié des photos d'activistes attachés les uns aux autres, au pied d'une structure en bambous.

Accusés de désinformation

Confirmant que deux imprimeries du groupe ont été perturbées par XR, Newsprinters a présenté ses "excuses sincères" aux lecteurs du Sun, du Times, du Daily Mail et du Daily Telegraph, ainsi que du Financial Times qui n'auraient pas pu trouver leurs journaux habituels samedi matin en raison des retards de livraison, selon une porte-parole. "Nos équipes travaillent à ce que les journaux soient livrés aux détaillants dès que possible ce matin", a-t-elle ajouté, expliquant que l'impression de journaux avait été transférée vers d'autres sites.

Le groupe a dénoncé une "attaque contre toute la presse libre" qui affecte nombre de travailleurs, des imprimeurs aux revendeurs.

"Chers marchands de journaux, nous sommes désolés des perturbations causées ce matin", a tweeté Extinction Rebellion, "cher M. Murdoch, nous ne sommes absolument pas désolés d'avoir continué à perturber votre agenda ce matin".

"Nous ne nous attaquerons à l'urgence climatique et écologique qu'en sortant de l'impasse traditionnelle des politiques d'opposition et en nous unissant, malgré nos différences", a déclaré dans un communiqué Alanna Byrne, d'Extinction Rebellion.

"Si nous voulons sortir de cette impasse, les médias traditionnels doivent cesser de profiter de la culture du 'clickbait' qui nage dans la désinformation, qui nous fait haïr nos voisins, suspecter les étrangers et les groupes vulnérables, et mettre la nation en mouvement", a-t-elle ajouté.

Sur Twitter, The Sun a répliqué en renvoyant vers une tribune du naturaliste David Attenborough dans le tabloïd, qui explique que l'humanité est à la "croisée des chemins" et qu'il n'est pas trop tard pour sauver la planète du réchauffement climatique.

Une tribune saluée par la compagne du Premier ministre Boris Johnson. "Je me soucie énormément du changement climatique et de la biodiversité, mais empêcher une presse libre de diffuser ce message est inacceptable. Sans parler de toutes ces petites entreprises qui comptent sur la vente de journaux", a tweeté Carrie Symonds.

Sur Times Radio, la rédactrice en chef du Sunday Times Emma Tucker a souligné que l'action de XR avait causé des "perturbations incroyables" qui ont eu pour effet d'envoyer "plus de camions sur plus de routes" pour livrer les journaux.

Depuis une semaine, XR a engagé une série d'actions au Royaume-Uni qui ont donné lieu à plus de 500 interpellations et qui doivent se poursuivre encore plusieurs jours.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK