Gilets jaunes: des pilleurs infiltrent le mouvement citoyen, selon la police

Gilets jaunes: des casseurs en bande organisée infiltrent le mouvement citoyen
8 images
Gilets jaunes: des casseurs en bande organisée infiltrent le mouvement citoyen - © Tous droits réservés

Dans la nuit de vendredi à samedi, des scènes de pillage ont été observées dans le centre de Charleroi. Distributeurs détruits, portes d'un centre commercial fracassées. Des affrontements ont eu lieu avec la police. Selon la police de Charleroi, ces affrontements serviraient de diversion dans le but de commettre des pillages.

Une centaine d'émeutiers se sont rassemblés hier au rond-point Marsupilami à Charleroi et des affrontements ont eu lieu avec la police. Des affrontements qui serviraient de diversion pour permettre des pillages. C'est en tout cas la théorie avancée par David Quinaux; porte-parole de la police de Charleroi. Deux distributeurs de banque ont été détruits dans le centre de Charleroi, les portes du centre commercial Ville2 ont été fracassées ainsi que celles du magasin Intersport à proximité. "Ce ne sont pas l'oeuvre d'individus isolés mais bien de groupe qui parfois se séparent et commettent des dégradations" indique David Quinaux.

"Il y a deux volets à ces délis commis en bandes armées la nuit. D'abord, les rébellions envers les services de police avec des destructions de mobiliers urbains". "On a d'un côté des casseurs et d'un autre côté, l'infiltration de pilleurs qui tentent de piller, les magasin, les banques. C'est un phénomène qui est assez nouveau." David Quinaux qui précise que pour ce type de délits, les peines peuvent aller de cinq à dix ans de prison. "Je ne sais pas si ces gens se rendent compte des conséquences de leurs actes".

Un mouvement pas encadré

"C'est toujours le problème avec ces mouvements spontanés qui ne sont absolument pas encadrés, coordonnés avec les services de police... Il est évident qu'à partir d'une certaine heure, certain profitent de ce mouvement qui n'est pas encadré pour commettre des faits qui sont extrêmement graves."

Au total, la police a procédé à deux arrestations judiciaires et trois arrestations administratives. Les individus ont passé la nuit en détention.

Hier, deux pelotons de la police étaient mobilisés soit à peu près quatre vingt hommes grâce à des renforts de la police fédérale et de la zone d'Anvers. La police de Charleroi qui précise par ailleurs que des mesures supplémentaires vont être prises ce soir pour éviter tout débordement.

Le reportage du JT du 24/11/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK