Geneviève Lhermitte libérée : pour Michel Schaar, "cette décision piétine le corps de cinq enfants"

Michel Schaar, proche de Bouchaïb Moqadem, s’était constitué parties civiles au procès de Geneviève Lhermitte. Ce jeudi, à l’annonce de la future libération de l’auteure du quintuple infanticide de Nivelles, Michel Schaar se dit étonné.

« Je dois marquer mon étonnement de ne pas avoir été prévenu que le jugement du tribunal d’application des peines se ferait aujourd’hui, ni même où il se ferait. J’ai appris cela par la presse », déclare-t-il au micro de la RTBF. En plus de l’étonnement, Michel Schaar dit sa tristesse et la colère. Il estime que la décision prise aujourd’hui est une décision qui « piétine le corps de cinq enfants ». Il ajoute : « L’auteure de la décapitation fait douze ans de prison et puis c’est fini. Je pense qu’un malheureux qui vole un pain pour nourrir ses enfants dans un magasin fera plus de prison que madame Lhermitte pour avoir assassiné ses enfants. » Cette décision lui fait aussi revivre tous les événements des dernières années et se dit « effrayé » d’y être replongé subitement.

« Je crains qu’on ne la considère comme guérie »

Michel Schaar juge néanmoins que Geneviève Lhermitte aura des soins plus appropriés qu’en prison : « Pour elle, c’est un avantage » mais il poursuit : « Elle est pour l’instant, semble-t-il, en milieu fermé mais il suffirait qu’elle tombe sur un psychiatre qui estime qu’elle ne va pas trop mal pour qu’elle se retrouve en centre ouvert. Est-ce que ce sera avec un bracelet électronique ? J’ai cette crainte : que très vite on ne la considère guérie »

Déçu de la justice

Michel Schaar se dit profondément déçu de la justice aujourd’hui, « surtout la manière dont on minimise les actes commis. Cette personne a été condamnée à perpétuité. Libérée sous condition après douze en regard d’une condamnation à la perpétuité, c’est impensable. »

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK