Génération quoi: amour et sexualité chez les 18-34 ans

Génération quoi: amour et sexualité chez les 18-34 ans
Génération quoi: amour et sexualité chez les 18-34 ans - © JOHN MOORE - AFP

Les jeunes croient-ils encore en l’amour ? Le "plan cul" est-il en vogue ? Le mariage a-t-il encore la cote ? L’enquête Génération quoi décrypte la vie affective et sexuelle des jeunes de 18 à 34 ans.

Emancipation du "plan cul"

Si le "plan cul" n’a rien de nouveau, il est de plus en plus assumé. 60% des jeunes y voient une rencontre qui se finit au lit, sans prise de tête. Le "plan cul" est un terme fourre-tout, qui va du "coup d’un soir" au "partenaire sexuel régulier" en passant par le "sex-friend". Boris, 27 ans, le définit comme suit : "On s’entend bien, on se chauffe un peu et let’s go !".  Il ajoute : "Je pense que notre génération est plus libérée sur le plan sexuel. Ou en tout cas, on en parle plus qu’avant. Au travail, pendant la pause de midi, on ne parle que de plans cul !".

Néanmoins, il existe de grandes différences entre hommes et femmes. Près de 60% des hommes sont ouverts aux relations sexuelles avec une inconnue, contre seulement 20% des femmes. Il semble que les hommes arrivent davantage à séparer la sexualité du sentiment amoureux que la gente féminine.

Des pratiques sexuelles genrées

L’enquête montre également de grandes divergences entre les hommes et les femmes sur le plan des pratiques sexuelles. La masturbation concerne 85% des hommes, contre 65% des femmes. Quant aux contenus pornographiques, ils sont considérés comme "dégoûtants" par une femme sur quatre… contre un homme sur vingt. "On est en 1943 sur le plan de la sexualité féminine !", dénonce Margaux, 25 ans. "Le porno et les publicités à caractère sexuel s’adressent toujours aux hommes". Et de poursuivre : "Il suffit de voir comment sont considérées les femmes qui couchent le premier soir".

Il existe aussi un clivage de genre dans les fantasmes sexuels. L’amour à plusieurs est un fantasme qui concerne 70% des hommes contre seulement 30% des femmes. L’échangisme fait rêver un homme sur quatre contre une femme sur quinze. Par contre, les femmes sont plus enclines à tester l’amour homosexuel et utiliser les sex-toys.

Fidélité ? Oui ! Mariage ? Non !

Les relations amoureuses sont importantes voire primordiales pour trois quarts des jeunes. Par ailleurs, la génération Y reste dans une vision assez traditionnelle du couple, fondée sur l’engagement. La fidélité est une condition sine qua non de la relation pour trois jeunes sur quatre.

Mais l’engagement n’est valorisé que tant qu’il n’est pas officiel. Le mariage ne fait plus rêver qu’un jeune sur trois. Ziad, 27 ans, confirme "ce n’est qu’un bout de papier. A partir du moment où on est ensemble depuis longtemps, on est engagé l’un envers l’autre. Je ne vois pas l’intérêt d’une confirmation officielle". Apolline, 23 ans, ajoute : "Je n’aime pas du tout cette idée de contrat. Pour moi, un contrat, c’est lié au marché et pas à l’amour".  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK