Gaspillage mondial: gifle pour les 870 millions de victimes de la faim

Gaspillage mondial: gifle pour les 870 millions de victimes de la faim
Gaspillage mondial: gifle pour les 870 millions de victimes de la faim - © Tous droits réservés

La FAO (l'organisation des Nations Unies pour l'agriculture et l'alimentation) a tiré la sonnette d'alarme pour indiquer que plus d'un milliard de tonnes de nourriture est gaspillée chaque année dans le monde (un coût estimé à 750 milliards de dollars). Mais derrière ces chiffres, il y a également un rappel: gaspiller c'est non seulement polluer inutilement la planète mais c'est surtout une gifle incroyable aux 870 millions d'êtres humains qui ne mangent pas à leur faim dans le monde.

Plus d'un milliard de tonnes de nourriture, soit un tiers de la production mondiale, n'arrive pas à destination. Il y a les pertes naturelles quasi inévitables. Par exemple, quand le blé est moissonné, il reste toujours des épis au sol. Avant il y avait les glaneurs. Mais c'est le passé. Ces épis restent désormais au sol. Il y aussi les pertes lors des transports.
 
Cependant, cela n'explique pas qu'un tiers de la production disparaisse. Une grosse partie est jetée par les magasins qui n'ont pas trop vendu ou par les consommateurs qui ont trop acheté. 54% du gaspillage se situe au niveau de la production et 46% lors de la distribution et de la consommation.
 
Une situation insupportable qui dure pourtant depuis un demi-siècle
 
Un seul exemple: rien que pour la Chine, le Japon et la Corée du Sud, ce sont 200 kilos de légumes et céréales par habitant et par an qui sont gaspillés.
Ce gaspillage est non seulement insupportable face à la faim dont souffrent près d'un milliard d'humains dans le monde mais elle a aussi un coût pour l'environnement.
 
Car produire des aliments nécessite par exemple beaucoup d'eau. De l'eau utilisée pour rien sinon pour les poubelles. Une comparaison: l'eau ainsi gaspillée engloutit un volume qui équivaut au débit annuel de la Volga. "Chaque année, la nourriture produite sans être consommée engloutit un volume d'eau équivalant au débit annuel du fleuve Volga en Russie et est responsable du rejet dans l'atmosphère de 3,3 gigatonnes de gaz à effet de serre", précise le rapport de la FAO.
 
"Les coûts économiques directs du gaspillage de produits agricoles, en excluant les poissons et les fruits de mer, représentent environ 750 milliards de USD", insistait la FAO dans son rapport.
 
Mais son cri d'alarme est prononcé avec une voix un peu rauque. Cette situation insupportable dure en effet depuis 50 ans.
 
Michel Lagase avec Julien Vlassenbroek

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK