Attention, l'invasion de moustiques a commencé

Gare aux piqûres: les moustiques sont en avance et en nombre
Gare aux piqûres: les moustiques sont en avance et en nombre - © Tous droits réservés

Depuis quelques semaines, les shorts et tee-shirts se multiplient en rue, laissant souvent apparaître... les piqûres de moustiques. Selon le site NatureToday, il y a déjà, à cette époque de l'année, beaucoup plus de moustiques qu'habituellement. Et ça ne devrait pas aller mieux cet été en raison des températures élevées et des fortes pluies, une deuxième vague d'éclosion est d'ailleurs déjà en cours, et les nuisances n'atteignent leur maximum qu'en juillet et en août.

Le site se base notamment sur les rapports enregistrés par muggenradar.nl, un site "frère" de "buienradar" (qui enregistre les impacts de foudre et prévoit les orages) qui recense les témoignages des nuisances de moustiques.

Normalement, avril est encore trop froid pour le développement des moustiques. Habituellement, leur nombre ne commence à augmenter que  dans la deuxième moitié de juin, avec un pic en juillet et en août.

Mais cette année, cependant, avril a été de trois degrés plus chaud que la normale et la première génération de la cécidomyie est apparue entre la mi-mai et la fin mai au lieu de fin juin et les premiers moustiques femelles sont partis à la recherche de sang. En raison des températures très élevées, le développement des larves est également beaucoup plus rapide, et une deuxième génération est déjà en train d'apparaître. Et si la température reste normale cette année, nous devrions avoir encore au moins une génération supplémentaire de moustiques cette année, selon NatureToday.

D'autant que de très grandes quantités de précipitations sont tombées à différents endroits, ce qui a créé des lieux de reproduction régulièrement remplis, note le site.

Et les effets s'en font sentir, visiblement. Sur base des recensements aux Pays-Bas enregistrés par muggenradar, NatureToday relève qu'au cours de la période du 1er mai au 11 juin, 36% des rapports sont apparus dans la catégorie "très gênants" alors que l'an dernier, seulement 14% des rapports de mai et juin figuraient dans cette catégorie. Au cours de la même période l'année dernière, 39% avaient déclaré n'avoir subi aucun inconvénient alors que cette année ils ne sont que 24%.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK