Gand: des élèves paieront bientôt leur sandwich avec leurs empreintes digitales

Un sandwich en échange de ses empreintes, ce sera bientôt la réalité pour les élèves de l'école Sint-Babo de Gand.
Un sandwich en échange de ses empreintes, ce sera bientôt la réalité pour les élèves de l'école Sint-Babo de Gand. - © FRED DUFOUR - AFP

L’école secondaire Sint-Bavo de Gand testera dès le mois d’octobre le paiement des sandwichs, des ticket-repas à l’aide de leurs empreintes digitales. "Nous sommes la première école à effectuer des paiements avec des données biométriques", a déclaré la directrice, Hilde Allaert, à nos collègues de la VRT. Sur base de ces empreintes digitales, les parents recevront un décompte des consommations et une facture en ligne.

L’école a averti les parents par e-mail. D’ici quelques semaines, les empreintes de tous les élèves vont être numérisées. Plus questions, donc pour les élèves d’oublier son badge ou ses tickets-repas. "Plus il y a d'enfants, plus il y a d'objets perdus. Il y a aussi des enfants qui perdent leur argent ou leurs reçus. Grâce à la biométrie, on va pouvoir régler cela", ajoute la directrice.

Première en Flandre

L’école Sint-Bavo est la première de Flandre à avoir introduit ce système. "Nous recherchions depuis longtemps un système de paiement pour les étudiants. Nous avons testé différents systèmes et nous avons finalement opté pour les empreintes digitales. La technologie existe depuis longtemps et ici on l’utilise pour des paiements simples ", explique encore la directrice Hilde Allaert.

"Nous accordons une grande place à l'innovation dans notre mission et notre vision. C’était devenu compliqué de continuer à travailler avec des reçus et des tickets-repas", indique-t-elle encore.

Respect de la vie privée

"Vous ne pouvez utiliser ce système biométrique que pour effectuer des paiements et permettre aux parents d'avoir accès à un système de paiement. Nous sommes encore en train de le tester. S'il y a des objections, nous proposerons une alternative. "

"On en a beaucoup discuté avec les parents et le conseil des parents. Les réactions sont positives. On n’est pas en Chine, ce n'est pas l'idée. La confidentialité est assurée et cela se fera dans le respect du RGPD", conclut Hilde Allaert.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK