Gaia dénonce les atteintes au bien-être des animaux sur les marchés aux bestiaux

Nouvelle action de Gaia
Nouvelle action de Gaia - © ERIC LALMAND - BELGA

Des dysfonctionnements en matière de bien-être des animaux subsistent sur les trois derniers marchés aux bestiaux belges, selon l'organisation de défense des animaux Gaia, qui révèle lundi ses observations tirées d'une nouvelle enquête en caméra cachée. Elle constate néanmoins une amélioration par rapport à la situation qu'elle et l'association Animaux en Péril avaient filmée en 2000.

Gaia publie ce lundi une nouvelle vidéo, montrant la situation actuelle sur les trois derniers marchés aux bestiaux du pays, soit ceux de Ciney, Battice et Rekkem. "Nous avons constaté une nette amélioration", pointe le président de Gaia, Michel Vandenbosch. "Fort heureusement, on ne peut plus vraiment parler de violence extrême envers les animaux, mais il subsiste énormément de dysfonctionnements en matière de bien-être des animaux", ajoute-t-il, dénonçant une souffrance animale infligée inutilement, des infractions au règlement européen sur le transport des animaux ou encore un manque de contrôle vétérinaire.

"Nous avons ainsi vu plusieurs animaux présentant des cornes abîmées et ensanglantées, un jeune veau qui boitait d'une patte, un animal souffrant d'une bursite grave (une inflammation des bourses séreuses d'une articulation, NDLR), des animaux aux sabots non soignés, qui n'ont pas accès à l'eau, attachés par une corde trop courte qui les empêche de se reposer, des vaches laitières émaciées, etc. Souvent, les animaux sont également battus de façon complètement inutile. Par ailleurs, nous n'avons pas constaté la présence d'inspecteurs vétérinaires chargés d'effectuer des contrôles, ni de soins apportés aux animaux blessés", souligne le président de l'organisation.

Marchés aux bestiaux de Ciney: archives JT du 20/03/2020

Marchés aux bestiaux de Ciney: archives JT du 20/03/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK