Fusillade dans un bal populaire dans le nord-est du Brésil: au moins 14 morts

Une fusillade dans un bal populaire de Fortaleza, au nord-est du Brésil, a fait au moins 14 morts dans la nuit de vendredi à samedi, ont annoncé les autorités locales.

"Nous pouvons confirmer 14 morts, sachant que certaines personnes sont encore dans un état grave à l'hôpital", a indiqué lors d'une conférence de presse André Costa, secrétaire à la sécurité de l'État du Ceara, dont Fortaleza est la capitale, sans préciser le nombre de blessés.

Parmi ces 14 personnes tuées, sept ont été identifiées par les autorités : trois hommes, deux femmes et deux adolescentes. Le journal local O Povo a pour sa part annoncé que huit femmes et six hommes avaient été tuées.

Un porte-parole de l'Institut José Frota, le principal hôpital de la ville, a expliqué à l'AFP que six personnes avaient été admises aux urgences, dont un garçon de 12 ans, et que dix blessés moins graves avaient été hospitalisés dans un autre établissement.

Le site du quotidien régional Diario do Nordeste a cité une source policière évoquant un règlement de comptes entre deux factions rivales de trafiquants de drogue, un gang local, les Guardioes do Estado (Gardiens de l'État), et le Comando Vermelho (Commando rouge) originaire de Rio, avec des ramifications dans tout le Brésil.

L'enquête est en cours

"Nous ne sommes pas encore en mesure de confirmer s'il s'agit d'un affrontement entre factions, l'enquête est en cours", a pour sa part dit le secrétaire à la Sécurité.

La fusillade a eu lieu vers 01h30, quand un groupe d'hommes fortement armés sont arrivés à bord de trois véhicules et ont fait irruption dans le Forro do Gago (le Bal du bègue en portugais), à l'intérieur du quartier de Cajazeiras, dans le centre de Fortaleza

À la mi-journée, le sentiment d'insécurité était encore palpable : les rues du quartier étaient totalement désertes, les habitants restant enfermés chez eux, a constaté un photographe de l'AFP.

Extérieurs des lieux du drame, à Fortaleza:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK