Fusillade à Strasbourg: le suspect plusieurs fois condamné pour des cambriolages

Fusillade à Strasbourg: le suspect plusieurs fois condamné pour des cambriolages
Fusillade à Strasbourg: le suspect plusieurs fois condamné pour des cambriolages - © Tous droits réservés

L'auteur de l'attaque, Chérif Chekatt, qui a fait trois morts et treize blessés mardi soir à Strasbourg, est toujours en fuite ce mercredi soir, traqué dans une ville sous le choc après une attaque meurtrière contre son marché de Noël. "Le tireur est toujours recherché. Il a failli être pris mardi soir (...) mais s'est volatilisé après des échanges de tirs avec des policiers", a expliqué le maire de Strasbourg, Roland Ries, sur Europe 1. L'homme était déjà connu des services de police. 

Condamné pour cambriolages

Sur un avis de recherche diffusé au sein des services de police, le suspect a les yeux et les cheveux noirs, sourcils épais, et courte barbe. L'homme recherché est âgé de 29 ans et est fiché "S" (pour Sûreté de l'État) depuis 2016 pour radicalisation islamiste. L'assaillant, né à Strasbourg, est "un individu connu en droit commun pour beaucoup de délits autres que liés au terrorisme, il n'a même jamais été connu pour des délits liés au terrorisme", a indiqué le secrétaire d'Etat Laurent Nuñez. L'auteur présumé de la fusillade a déjà séjourné un certain temps derrière les barreaux, notamment pour différents cambriolages, selon la justice allemande. Ainsi, en 2016 Chérif Chekatt a été condamné par un tribunal de Singen, une ville allemande de Bade-Wurtemberg, à deux ans et trois mois de prison pour avoir cambriolé un cabinet dentaire à Mayence et une pharmacie à Engen.

Selon l'agence de presse allemande DPA, il apparaît dans le jugement de Singen que le suspect a également écopé de peines de prison en 2008 en France et en 2013 en Suisse pour cambriolages. Il avait fait des aveux complets. Au total, il avait déjà passé quatre ans derrière les barreaux avant sa condamnation à Singen. "C'est à l'occasion de ces séjours en prison qu'a été détectée une radicalisation mais dans la pratique religieuse, jamais de signe de passage à l'acte", a précisé le secrétaire d'État Laurent Nuñez.

L'homme a grandi avec ses six frères et sœurs dans la maison familiale à Strasbourg. Après ses études, il s'était tourné vers les travaux publics mais était sans emploi depuis 2011. Selon une source proche du dossier, il devait être interpellé mardi matin par les gendarmes dans une enquête de droit commun mais a échappé à cette arrestation.

Dans un premier temps, les autorités ont demandé de ne pas diffuser la photo et l'identité du suspect afin de ne pas entraver l'enquête. Plusieurs proches de l'assaillant était recherchés. Cet après-midi, quatre de ces proches on été interpellés et placés en garde à vue. 

 

Les précisions du Procureur de la République de Paris, Rémy Heitz

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK