Fukushima: autorité nucléaire et Premier ministre rassurent

Le niveau de radioactivité de l'eau d'un puits voisin des réservoirs est passé de 4200 à 64 000 becquerels par litre entre dimanche et mardi en raison de la présence de cet élément, précise l'exploitant de la centrale, Tepco.

La firme avait reconnu le mois dernier que 300 tonnes s'étaient échappées d'un des réservoirs construits à la hâte pour stocker l'eau de refroidissement hautement radioactive après l'accident qui a suivi le séisme et le tsunami de mars 2011.

Interrogé mercredi sur cette hausse de la radioactivité, un porte-parole de Tepco n'a pas exclu que le sous-sol ait été contaminé par la fuite, ajoutant qu'une enquête était en cours.

Mais, parallèlement à cette annonce, le président de l'autorité nucléaire s'est voulu rassurant.

"On ne peut pas nier que de l'eau contaminée fuit (dans la nature), mais il n'est pas nécessaire de s'inquiéter outre-mesure des conséquences environnementales", a expliqué Shunichi Tanaka, le président de l'autorité nucléaire, lors d'une conférence de presse.

"Je ne pense pas que ce que M. Abe a dit soit scientifiquement faux", a-t-il ajouté. "Il est néanmoins nécessaire de prendre des dispositions pour mettre fin à ces fuites".

Et de préciser: "Dire que ce n'est pas inquiétant ne signifie pas qu'il ne faut rien faire".

Il était interrogé sur son sentiment après les propos rassurants tenus par le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, samedi devant le Comité international olympique (CIO), avant que Tokyo ne soit choisie pour accueillir les Jeux olympiques de 2020.

En réponse à une question d'un membre du CIO sur les récentes fuites d'eau radioactive à Fukushima, Shinzo Abe a affirmé : "Ne regardez pas les titres des journaux, regardez la réalité: les conséquences sont bloquées dans un rayon de 0,3 kilomètre" autour du complexe atomique et "il n'y a pas eu, il n'y a pas, il n'y aura pas de problèmes sur la santé".

Shinzo Abe a aussi déclaré en anglais avec un fort aplomb: "Laissez-moi vous assurer que la situation est sous contrôle: cela n'a et n'aura jamais de quelconque dommage sur Tokyo".

Les assertions de Shinzo Abe ont créé un certain malaise parmi les citoyens japonais qui ont bien du mal à évaluer le risque représenté par l'écoulement de 300 tonnes d'eau radioactive par jour dans l'océan Pacifique voisin de la centrale, tout comme le danger de réservoirs à la fiabilité douteuse qui stockent des centaines de milliers de tonnes d'eau très polluée.

"Savoir si la situation est sous contrôle ou non est une appréciation personnelle, cela varie d'un individu à l'autre", a botté en touche Shunichi Tanaka.

"Le plus effrayant qui pourrait arriver à la centrale ce serait un séisme ou un tsunami qui défasse le travail déjà fait", selon lui.

La compagnie gérante du site, Tokyo Electric Power (Tepco) "n'a pas géré le problème des fuites de façon appropriée", a-t-il néanmoins reconnu, saluant la décision du gouvernement de prendre la direction des opérations.

L'autorité nucléaire va aussi oeuvrer pour que soit réglé le problème des fuites, a-t-il redit.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK