Fuite de Jürgen Conings : le véhicule du suspect était-il piégé ?

Des informations contradictoires circulent sur un éventuel dispositif, potentiellement piégé, qui aurait été retrouvé dans la voiture du militaire armé, et recherché par la police Jürgen Conings. Le suspect a bien placé un dispositif composé de câbles et de fusées éclairantes dans son véhicule abandonné. Celui-ci aurait pu se déclencher à l’ouverture des portes.

Les recherches sur la voiture du militaire d’extrême droite Jürgen Conings, ce militaire fugitif ont montré l’existence "d’un mécanisme suspect", a annoncé vendredi après-midi le parquet fédéral dans un communiqué de presse.


►►► Cet article n’est pas un article comme les autres, il fait partie du projet de fact-checking "Faky". Pour en savoir plus sur Faky et le travail de fact-checking à la RTBF, cliquez ici.


Plusieurs médias avaient déjà fait état d’un piège à la grenade, bien que l’information ait été catégoriquement démentie par le parquet fédéral. Le but précis de ce mécanisme suspect n’est pas clair à ce stade. "Nous attendons toujours le rapport technique destiné à en connaître les effets", a souligné le parquet.

La voiture du miliaire fugitif aurait pu prendre feu et exploser

"L’information selon laquelle le véhicule du suspect aurait été piégé n’est pas exacte", affirmait hier le parquet fédéral dans un communiqué.

Aujourd’hui, le parquet est moins catégorique et précise que "de nouvelles évaluations portant sur son véhicule, ont montré l’existence d’un mécanisme suspect. Le rapport technique destiné à en connaître les effets potentiels, est encore attendu". Le ministre fédéral de la Justice, Vincent Van Quickenborne, va plus loin et affirme que "l’enquête démontre aujourd’hui que cette voiture était piégée, avec l’objectif de faire des victimes". "C’est un terroriste", affirme le ministre à propos du militaire en fuite.


►►► À lire aussi : Découvrez l’ensemble de nos articles de fact checking


Qu’en est-il exactement ? Selon les informations récoltées par la RTBF, le suspect avait placé un dispositif composé de câbles et de fusées éclairantes qui aurait pu se déclencher à l’ouverture des portes.

Ces fusées, sorte de feux d’artifice, ne représentent pas un danger direct. Cependant, le dispositif aurait pu provoquer l’incendie de la voiture et au bout de quelques minutes, l’explosion des roquettes abandonnées par le fugitif. Était-ce l’objectif du militaire qui n’est pas un véritable spécialiste des explosifs ? Le dispositif aurait-il fonctionné ? C’est ce que doit encore déterminer l’analyse technique.


►►► Vous voulez vérifier une info ou consulter les derniers articles de fact checking ? : Rendez-vous sur Faky, la plateforme de la RTBF pour lutter contre la désinformation


A la découverte de la voiture mardi soir, le service d’enlèvement et de destruction d’engins explosifs (SEDEE) a été appelé et il est intervenu pour sécuriser les lieux avant l’intervention de la police technique et scientifique.


A lire aussiChasse à l’homme : le parquet fédéral confirme la présence d’un "mécanisme suspect" dans la voiture retrouvée


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK