Frank Vandenbroucke conseille de limiter ses contacts: "Le risque, c'est le dérapage, mais on peut l'éviter, ça dépend de nous"

Frank Vandenbrouck, nouveau ministre de la Santé, inquiet, conseille de se limiter à "trois contacts rapprochés"
Frank Vandenbrouck, nouveau ministre de la Santé, inquiet, conseille de se limiter à "trois contacts rapprochés" - © Tous droits réservés

Frank Vandenbroucke, le nouveau ministre de la Santé recommande " à ses amis et donc à titre personnel " précise-t-il, de limiter la bulle sociale des contacts rapprochés à trois personnes.

Si les chiffres étaient en baisse mon discours serait différent, beaucoup plus rassurant mais les chiffres augmentent et ça, c’est la réalité ". Et d’ajouter que le problème vient surtout des contacts rapprochés, ceux où l’on se trouve souvent à moins d’un mètre d’un proche et qu’on évolue sans masque pour des durées qui dépassent souvent les quinze minutes.

Je ne suis pas en panique " précise le nouveau ministre, " mais je vois les chiffres et on connaît les dangers de cette situation. Le risque c’est le dérapage, c’est l’explosion. On peut l’éviter et cela dépend de nous, de nos comportements ".


►►► À lire aussi : L’évolution en temps réel de l’épidémie de coronavirus en Belgique en chiffres et graphiques


 

Pas de nouvelles mesures, il faut éviter l’improvisation

Pour Frank Vandenbroucke, qui rend hommage à Sophie Wilmès pour la qualité de son travail durant cette crise sanitaire, l’important est de ne pas agir dans l’improvisation.

Je ne vais pas lancer de nouvelles mesures, il y a urgence mais il faut éviter l’improvisation, on va étudier la situation évidemment en concertation avec toutes les autorités ".

Et le nouveau ministre de préciser que pour lui on peut rester dans l’architecture qui a été décidée par le gouvernement précédent à savoir une norme individualisée pour les contacts rapprochés.

Nos comportements vont dicter l’évolution des mesures à prendre

Actuellement cette bulle des contacts rapprochés est de cinq personnes maximum, son maintien à ce niveau indique Frank Vandenbroucke dépendra de l’évolution des chiffres.

Il y a un vrai risque d’être confronté à un certain moment à une saturation de la capacité de nos hôpitaux, de la capacité de la première ligne, des médecins généralistes. Et donc, c’est à éviter à tout prix ".


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique ce 4 octobre: plus de 3000 cas rapportés en 24 heures, les nouvelles contaminations repartent à la hausse


 

Pour empêcher cela dit-il, chacun doit devenir plus prudent, tout va dépendre de nos comportements, de notre capacité à limiter nos contacts rapprochés, de notre capacité à privilégier le travail à distance et de respecter les distances de sécurité. Avec une prudence particulière envers les personnes âgées.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK