François Englert, le Nobel belge à Stockholm

François Englert et son épouse Mirna au musée Nobel à Stockholm
François Englert et son épouse Mirna au musée Nobel à Stockholm - © RTBF

Le prix Nobel belge de physique, François Englert, est à Stockholm. Il recevra mardi son prix des mains du roi de Suède. Depuis qu'il est arrivé dans la capitale suédoise, son emploi du temps est très chargé: il court d'exposé scientifique en rencontre avec les autres lauréats. Un emploi du temps parfaitement minuté par une assistante qui le suit pas à pas.

A 8h40 du matin, le plus grand auditoire de l'université de Stockholm est déjà rempli à craquer. Personne ici ne veut rater la lecture scientifique de François Englert, notre prix Nobel de Physique. Dans l'auditoire, quelques étudiants belges en Erasmus à Stockholm sont tout ouïe: "Personnellement je suis étudiant en géographie, donc je ne suis pas spécialement le plus qualifié en physique. Mais on souhaite avoir plus d’informations sur le ‘boson de Higgs’ même si je sais que c’est excessivement compliqué", témoigne Philippe Habay.

Le discours est effectivement ardu mais tout le monde le suit avidement. Au final, François Englert a droit à un feu nourri d'applaudissements.

Deux heures plus tard, nous le retrouvons presque anonyme, dans la foule du marché de Noël. Il est devant un autre endroit emblématique de Stockholm: le musée Nobel et confie à notre équipe avoir "très mal dormi la nuit". François Englert a encore d'autres rendez-vous soigneusement programmé sur son carnet et de nombreuses sollicitations de la presse. Mais comment ressent-il ce tourbillon protocolaire et médiatique des Nobel ? "C’est une reconnaissance tout de même qui est extraordinairement valorisante mais aussi touchante", confesse le lauréat belge.

"La folie ne se décrit pas"

À l’évocation de la frénésie qu’a suscitée l’annonce de l’attribution de son prix Nobel, le scientifique avoue "ne pas savoir la décrire, la folie ne se décrit pas."

Pour le protéger de cette folie, François Englert bénéficie d'une "attachée personnelle" pendant toute la semaine du Nobel. "Il faut trouver une balance avec un programme officiel pas trop fatiguant, ni trop stressant car il faut aussi pouvoir profiter de l’instant qui ne se présente qu’une fois dans la vie".

Helena Storm ajoute: "C’est mon rôle de faire en sorte qu’il puisse jouir de ces moments-là et de pouvoir se ressourcer avant ce moment très important".

François Englert n'est pas seul dans cette aventure, son épouse l'accompagne aussi pendant ces instants historiques. Pendant, la visite du musée Nobel, elle remarque particulièrement une robe grise et noire qui symbolise la physique. "La couleur noire représente la matière inconnue et de là en ressort une toute nouvelle information". Autrement dit la connaissance sortant des ténèbres, toute une métaphore de la science physique qui a mobilisé toute la carrière de ce prix Nobel.

Lucie Dendooven avec Grégoire Ryckmans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK