France: une louve est abattue, la chasse aux loups est suspendue

Photo d'un loup prise le 17 octobre 2006 à Saint-Martin-Vésubie
Photo d'un loup prise le 17 octobre 2006 à Saint-Martin-Vésubie - © Valery Hache (archives AFP)

Le cadavre d'une louve a été retrouvé dimanche par des randonneurs dans le massif du Dévoluy dans les Hautes-Alpes, entraînant la suspension temporaire des prélèvements de loups en France.

C'est ce qu'a indiqué mardi la préfecture confirmant une information de la radio Alpes 1.

L'animal, qui "aurait été victime d'un tir par balle", bien qu'aucun projectile n'ait été retrouvé sur les lieux, porterait à six le nombre de loups abattus en France, seuil maximum de prélèvement fixé pour la période 2010-2011 par le ministère de l'Ecologie et du développement durable.

Une enquête, confiée à l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) et à la gendarmerie, a été ouverte par le parquet de Gap afin de déterminer les conditions de la mort du canidé, a confirmé le procureur de la République de Gap, Philippe Toccanier.

"Une mort naturelle de l'animal ne permettrait pas de le comptabiliser parmi les six prélèvements", a expliqué une source préfectorale.

Dans l'attente des analyses, une suspension temporaire des tirs de prélèvement et de défense a été décidée, a indiqué le ministère de l'Ecologie et du Développement durable.

Depuis cet été, trois loups ont été abattus dans les Hautes-Alpes, la Drôme et les Alpes de Haute-Provence après des autorisations de tirs de défense et de prélèvement.

Dans les Alpes-Maritimes, le cadavre d'un animal, dont l'analyse est encore en cours, avait également été découvert et une enquête ouverte après la disparition d'une autre louve équipée d'un collier GPS dans le parc du Mercantour.

AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK