France: un spray ADN pour identifier les manifestants violents

Du spray ADN aspergé par les canons à eau dans les manifs pour identifier les casseurs
Du spray ADN aspergé par les canons à eau dans les manifs pour identifier les casseurs - © THOMAS SAMSON - AFP

Alors que les autorités françaises redoutent de nouvelles violences lors de la 19ème manifestation des gilets jaunes à Paris et dans plusieurs grandes villes de France, elles ont pris de nouvelles mesures de dissuasion. Après les flashballs (les lanceurs de balle de défense), le recours aux militaires face aux gilets jaunes, le gouvernement français utilise une nouvelle méthode d’intimidation contre les casseurs dans les manifestations de gilets jaunes. Désormais dans les canons à eau ; la police ajoute un spray ADN. Incolore et inodore, il s’incruste dans les vêtements, les cheveux et sur la peau.

Invisibles et inoffensifs, les traces adhèrent pendant des semaines, s'accrochant aux fibres et dans les plis de la peau. Lors d’interpellations et gardes-à-vue la police peut détecter les traces grâce à une lumière UV et identifier ainsi les manifestants. On peut ainsi repérer celles et ceux qui ont participé aux incidents qui ont nécessité l’intervention des forces de l’ordre.

Aussi contre les hooligans

Le spray est en soi totalement sans danger pour la santé. D’un point de vue légal, les traces visibles ne seront considérées que comme une preuve supplémentaire contre des personnes déjà soupçonnées d’avoir participé à des incidents violents.

Cette technologie est déjà utilisée en Belgique pour le vol à l’étalage, les cambriolages et l’inhumation. Ce système de protection peut être utilisé dans les écoles, les bijouteries, les entrepôts, les stations-service, les banques, les pharmacies, les commerces de détails et tout type de locaux sensibles.

Invisibles et inoffensifs, les traces adhèrent pendant des semaines - s'accrochant aux fibres et dans les plis de la peau. Lors d’interpellations et gardes-à-vue la police peut détecter les traces moyennant une lumière UV ou une chambre à UV et ainsi confondre des suspects et obtenir des preuves permettant une condamnation.  

Des sprays semblables ont déjà été utilisés contre les hooligans au Pays-Bas et au Royaume-Uni.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK