France: un deuxième policier accusé de viol avec une matraque, pour des faits remontant à 2015

France: un deuxième policier accusé de viol avec une matraque, pour des faits remontant à 2015
France: un deuxième policier accusé de viol avec une matraque, pour des faits remontant à 2015 - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Un policier français devrait être jugé pour le viol présumé d'un homme avec une matraque lors d'une arrestation en 2015, a estimé lundi un tribunal, faisant écho à une affaire similaire qui a donné lieu récemment à des manifestations dans le pays.

Le 29 octobre 2015, Alexandre, 28 ans, avait été interpellé en état d'ébriété au pied de son immeuble dans la ville de Drancy, en banlieue parisienne. Un policier municipal, en exerçant des pressions avec sa matraque pour le forcer à monter à bord d'une voiture, l'avait blessé au niveau de l'anus.

Renvoi en cour d'assises pour viol

Lors du procès du fonctionnaire mi-janvier, le procureur avait requis contre lui six mois de prison avec sursis et une interdiction professionnelle d'un an, estimant que si les violences étaient avérées, l'intention sexuelle n'était pas caractérisée. Le tribunal de Bobigny, dans la banlieue nord de Paris, devait rendre son jugement lundi dans cette affaire. Mais il a finalement demandé que le policier soit renvoyé devant une cour d'assises - qui juge les crimes en France - pour viol et non simplement pour des violences.

L'avocat du policier Florent Hauchecorne a annoncé son intention de faire appel, fustigeant une décision prise "sous la pression indirecte de l'affaire Théo". Ce développement intervient dans un contexte très sensible en France: Théo, un jeune homme noir de 22 ans, a quitté l'hôpital jeudi, deux semaines après son viol présumé avec une matraque lors d'une interpellation brutale le 2 février à Aulnay-Sous-Bois, près de Paris.

Quatre policiers ont été mis en examen (inculpés), dont un pour viol, dans ce dossier qui a pris une tournure politique et a donné lieu à des manifestations, parfois violentes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK