France: Quick étend son offre de restaurants halal

RTBF
RTBF - © RTBF

Contre vents et marées, l'enseigne de restauration rapide Quick étend dès mercredi, en France, son offre de restaurants halal pour conquérir une nouvelle clientèle et doper ses ventes. Une telle offre n'est pas prévue en Belgique

Cette décision est le fruit de résultats "positifs" d'un test mené depuis octobre dans huit établissements du groupe, détenu majoritairement par la Caisse des Dépôts et Consignations.

"Dans ces restaurants, il y a eu un doublement des ventes" et une hausse de la fréquentation, se réjouit Jacques-Edouard Charret, président de Quick, évoquant une "réussite commerciale", en marge d'une conférence de presse à Paris.

Quick proposait des hamburgers garnis de viande de boeuf et de volaille abattus selon le rituel musulman, et dans lesquels la dinde fumée remplace le bacon, à Toulouse, Argenteuil et Garges-les-Gonesse (Val d'Oise), Mantes Buchelay (Yvelines), Villeurbanne (Rhône), Marseille (Bouches-du-Rhône) et Roubaix (Nord).

"Notre chiffre d'affaires a immédiatement décollé", a affirmé Pascal Nys, responsable de Quick Roubaix, dont l'établissement avait déclenché la polémique en début d'année.

Mercredi, la formule halal sera disponible dans 14 nouveaux restaurants, ce qui portera leur nombre à 22, soit six pour cent du réseau en France. Quick n'envisage pas d'étendre à court terme cette offre à d'autres établissements.

Plus de la majorité (10) de ces établissements, corps de la nouvelle stratégie du groupe fondé en 1971, se trouve en Ile-de-France, principalement dans le département de Seine-Saint-Denis (Montreuil, La Courneuve, Saint-Ouen, Sevran, Rosny), où vit une forte population musulmane.

Deux restaurants sont dans le Val-de-Marne (Créteil et Villeneuve-Saint-Georges), deux en Seine-et-Marne (Chelles et Dammarie-lès-lys), un à Reims (Marne), un dans le quartier de Hautepierre à Strasbourg, un à Creil-Nogent (Oise) et un à Kingersheim (Haut-Rhin).

"Une logique purement commerciale"

"Les critères de choix des restaurants découlent d'une logique purement commerciale", a expliqué Jacques-Edouard Charret qui s'appuie sur un marché global de l'halal estimé à 5,5 milliards d'euros en France. Il cite le pourcentage des ventes des sandwiches à base de poissons - élevé dans ces restaurants -, les faibles ventes des produits à base de bacon et le pic de fréquentation lors des périodes pré- et post-Ramadan.

Quick, actuellement numéro deux de la restauration rapide en France, espère préserver sa place en séduisant une clientèle plus jeune et plus nombreuse que par le passé.

Pour autant, soucieux de ne pas se voir accuser de discrimination, Quick va aussi proposer à la vente, d'ici la fin de l'année, un hamburger traditionnel qui sera pré-emballé et seulement réchauffé sur place. Outre les salades habituelles, le consommateur pourra y trouver également de la bière.

Il n'empêche, plusieurs maires des communes concernées dénoncent une décision menaçant "le bien vivre ensemble" et appellent à une diversification de l'offre.

"Cette décision va à l'encontre du bien-vivre ensemble", dénonce Claude Capillon, maire UMP de Rosny, qui dit ne pas avoir de "pouvoir de décision" pour s'y opposer.

Pour Stéphane Gatignon, maire communiste de Sevran, "il faut une offre diversifiée pour que personne ne soit exclu".

Jean-Jacques Gsell, adjoint à la mairie de Strasbourg, demande, lui, de "faire attention à ce que ça ne crée pas de rejet et ne conduise pas à une sorte de 'ghettoïsation'."

Quick indique que son offre va se traduire par la création de 25 emplois dans chacun des restaurants concerné.

Pas prévu en Belgique

En Belgique, Quick n'a par contre aucun projet d'introduction de viande certifiée halal dans ses restaurants. En France, l'offre de viande certifiée halal répond à une situation rencontrée par 22 restaurants qui font face à un mix de ventes atypique.

De telles conditions ne sont rencontrées par aucun restaurant Quick en Belgique et au Luxembourg, il n'y a donc pas de raison objective d'envisager un projet de ce type dans le Belux, précise Rudy Hulsman, directeur général de Quick Restaurants Belux.

 


AFP et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK