France: pour les 50-65 ans, la dépendance commence vers 80 ans

Une personne âgée fait quelques pas dans le couloir d'une maison de retraite, le 18 mars 2011 à Angervilliers.
Une personne âgée fait quelques pas dans le couloir d'une maison de retraite, le 18 mars 2011 à Angervilliers. - © Sebastien Bozon (archives AFP)

Les 50-65 ans jugent que la dépendance débute en moyenne vers 80 ans et préfèrent le maintien à domicile ou la résidence senior à la maison de retraite pour couler leurs vieux jours, selon un sondage Harris Interactive pour le groupe Humanis (prévoyance, mutuelles) paru mercredi.

Plus précisément, à la question "jusqu'à quel âge pensez-vous que l'on vive aujourd'hui en France en toute autonomie, c'est-à-dire sans avoir besoin d'aide pour la vie quotidienne ?", 34% des seniors interrogés répondent par un âge situé entre 80 et 84 ans, 26% entre 75 et 79 ans et 19% entre 85 et 89 ans, la moyenne se situant vers 79 ans.

Quand on leur demande "quelles solutions vous semblent répondre de manière générale le mieux aux besoins d'une personne âgée dépendante ?" (deux réponses possibles), 50% des seniors répondent "résidence de service ou résidence senior", 37% "maintien à domicile", 29% "vie en famille", 16% "nouvelles formes de cohabitation transgénérationnelle".

La maison de retraite (solution la plus médicalisée) n'est choisie que par 28% des personnes interrogées tandis que 2% ne "savent pas".

Invités à décrire quelle serait pour eux "la solution idéale de prise en charge de la dépendance" (plusieurs réponses possibles), 26% répondent "une vie quotidienne au domicile facilitée", 17% "des établissements spécialisés plus nombreux et de meilleure qualité", 14% "une prise en charge publique", 10% "une famille impliquée", 8% "des personnes âgées dépendantes intégrées dans la société, des liens intergénérationnels", 6% "des personnels formés et compétents", 6% "une prise en charge accessible financièrement".

Enfin, 73% des personnes interrogées affirment avoir déjà été confrontées à la dépendance (physique, psychique ou maladie invalidante) d'elles-mêmes ou d'un proche.

AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK