France: nouveau départ au journal Charlie Hebdo

L'urgentiste Patrick Pelloux, chroniqueur à Charlie Hebdo depuis 12 ans.
L'urgentiste Patrick Pelloux, chroniqueur à Charlie Hebdo depuis 12 ans. - © PATRICK KOVARIK - AFP

L'une des figures du journal français Charlie Hebdo, dont la rédaction avait été décimée en janvier par un attentat islamiste, va quitter l'hebdomadaire satirique, a-t-on appris de sources concordantes.

"Il y a quelque chose qui est terminé"

L'urgentiste Patrick Pelloux, chroniqueur à Charlie Hebdo depuis 12 ans, a annoncé sur une radio étudiante qu'il allait cesser sa collaboration avec Charlie, une décision confirmée à l'AFP par une journaliste de Charlie.

"Si j'ai décidé d'arrêter d'écrire dans Charlie Hebdo, c'est parce qu'il y a quelque chose qui est terminé", a déclaré Patrick Pelloux à Web7Radio.

Ce départ, "sans doute début janvier", a été confirmé à l'AFP par Zineb El Rhazoui, une de ses collègues de Charlie Hebdo.

Douze personnes, dont plusieurs caricaturistes emblématiques, avaient été tuées dans l'attaque jihadiste contre le journal le 7 janvier à Paris. Patrick Pelloux avait été l'un des premiers à arriver sur place après l'attentat et à découvrir l'ampleur de la tuerie.

Le dessinateur Luz a également annoncé son départ

Cette annonce de Patrick Pelloux intervient alors que le dessinateur Luz a confirmé mercredi qu'il quitterait le journal la semaine prochaine. "Il y en a d'autres qui vont continuer ce journal et je reste Charlie Hebdo dans l'âme, mais il faut savoir tourner la page un jour", a expliqué M. Pelloux dans l'entretien à Web7Radio.

"Je pense que je n'apporte plus rien à ce journal. Je m'en irai sans tambours ni trompettes" en début d'année prochaine, ajoute-t-il, soulignant qu'il n'a "plus le courage de continuer chaque semaine".

"Patrick m'a annoncé son départ hier soir" (vendredi soir), a précisé Zineb El Rhazoui. "Aujourd'hui, c'est clair que les choses ne se passent pas bien avec la direction (de Charlie Hebdo). Patrick fait partie des gens qui sont dans le collimateur depuis des mois", a-t-elle assuré, évoquant des différends liés aux questions financières et éditoriales, mais aussi au "partage de la décision" au sein de la rédaction.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK