France: le Kremlin dément toute ingérence dans la crise des gilets jaunes

Selon le journal britannique The Times, plusieurs centaines de comptes liés à la Russie ont cherché, sur les réseaux sociaux, à amplifier les manifestations des gilets jaunes ces derniers temps.
Selon le journal britannique The Times, plusieurs centaines de comptes liés à la Russie ont cherché, sur les réseaux sociaux, à amplifier les manifestations des gilets jaunes ces derniers temps. - © ALEXANDER NEMENOV - AFP

Les accusations d'après lesquelles la Russie a attisé les manifestations des gilets jaunes en France relèvent de la calomnie, a déclaré lundi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. The Times parle de plusieurs centaines de comptes suspects.

"Nous ne nous sommes pas immiscés et ne nous ingérerons pas dans les affaires intérieures d'un pays tiers, dont la France", a déclaré Peskov à la France. Selon le journal britannique The Times, plusieurs centaines de comptes liés à la Russie ont cherché, sur les réseaux sociaux, à amplifier les manifestations des gilets jaunes ces derniers temps.

Ce réseau de comptes a fait circuler des messages sur Twitter qui insistent sur les violences et le chaos, ajoute le Times, qui cite une analyse effectuée par New Knowledge, une entreprise de cybersécurité. Selon cette dernière, ces comptes-là ont répandu de fausses informations en utilisant des photos de manifestants blessés lors d'autres événements, dans le dessein d'accréditer l'idée de brutalités policières.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK