France: la procréation médicalement assistée au coeur des débats sur le mariage gay

Les manifestants contre le mariage homosexuel ne désarment pas, comme samedi encore à Marseille.
Les manifestants contre le mariage homosexuel ne désarment pas, comme samedi encore à Marseille. - © Belga/Boris Horvat

La question de l'ouverture aux couples de femmes de la procréation médicalement assistée (PMA) a été au coeur de nouvelles polémiques lors de l'examen du projet de loi sur le mariage homosexuel, qui s'est prolongé exceptionnellement un dimanche à l'Assemblée.

Question complexe, la PMA, actuellement réservée aux couples hétérosexuels qui ne peuvent pas avoir d'enfant pour des raisons médicales, fait l'objet de débat au sein même de la majorité de gauche.

Le gouvernement a renvoyé dimanche cette question à une autre loi "sur l'ensemble des questions portant sur la famille" avant la fin de l'année.

"Cette loi comprendra la proposition du gouvernement sur la PMA. Le débat n'interviendra qu'après la connaissance de l'avis du Conseil national d'éthique et donc avant la fin de l'année", a assuré le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies.

Même après cette mise au point, des députés de gauche favorables à l'ouverture de la PMA continuaient à demander au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, actuellement en déplacement en Asie, des éclaircissements sur le sujet.

"Nous avons peur que sous la pression de l'opposition, le gouvernement recule sur une question essentielle", a lancé le député écologiste Noël Mamère.

Farouchement opposé dans sa majorité au projet de loi, l'opposition de droite s'est félicité d'un "recul" du gouvernement sur la PMA.

Samedi, les députés avaient adopté l'article 1er du projet, le plus important. Il rajoute au code civil rédigé sous Napoléon au début du XIXe siècle une petite phrase qui suscite de grands débats : "Le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe".

L'examen du texte doit encore se poursuivre plusieurs jours, avant de repartir au Sénat.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK